Comores Telecom bientôt privatisé

Par Jeune Afrique

Comores Telecom conservera son monopole. © AFP

Négocié avec le FMI, le processus de privatisation de l'opérateur public comorien a débuté.

Le gouvernement comorien vient de lancer un appel à manifestations pour la cession de 51% du capital de Comores Telecom. Attendue depuis plusieurs mois, la mise en vente de l’opérateur public est l’une des conditions posées par le Fonds monétaire international (FMI) pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés). L’opération de privatisation sera co-pilotée par la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale. 

Lire aussi :

Mattel ou l’appel de la Mauritanie
São Tomé et Príncipe vend une seconde licence télécom

Un monopole transitoire

À l’issue de la vente, l’État conservera 34% du capital et les salariés 15%. Une situation de monopole transitoire sera garantie à l’investisseur avant l’introduction d’une seconde licence. Fin octobre, le gouvernement a également accepté le principe d’un plan social, qui devrait concerner une partie importante des 1200 salariés de Comores Telecom. Une décision qui fait grincer des dents, l’opérateur figurant parmi les principaux employeurs de l’archipel.

Même si sa gestion financière fait débat, Comores Telecom (environ 230 000 abonnés mobiles) présente aussi de sérieux atouts comme le raccordement au câble sous-marin Eassy, réalisé en 2010. L’opérateur malgache Telma figurerait parmi les candidats à l’appel d’offres.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici