Fermer

Sénégal : Batimat achève sa rénovation

Le nouveau showroom d'Abidjan. Le précédent avait été détruit par un incendie. © Nabil Zorkot/JA

Spécialisé dans la vente de matériaux de construction, le groupe sénégalais profite de la bonne santé du BTP. Il vient d'achever, pour plus de 15 millions d'euros, un plan de rénovation de ses magasins.

Quatre ans et 10 milliards de F CFA (15,2 millions d’euros) après son lancement, le plan de rénovation mené par le groupe Batimat arrive à son terme. D’envergure, il a touché l’ensemble de ses filiales réparties dans onze pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale*.

Fondé en 1987 à Dakar par les frères Fares (Muhyedine et Mohamed), le groupe s’est spécialisé dans la transformation de produits sidérurgiques ; ses unités de production sont implantées au Sénégal, au Burkina Faso et au Mali. Mais Batimat (ou Batiplus, selon les pays et la disponibilité locale du nom) est aussi une enseigne de négoce et de distribution de matériaux de construction (second oeuvre). Parmi les marques internationales distribuées : Legrand, Schneider, Vidrepur ou Ariston. Les produits proposés vont du bois au carrelage, en passant par des meubles de cuisine, interrupteurs, coffrets électriques, tuyaux, outils… La clientèle est composée de professionnels, du petit artisan aux grandes sociétés de BTP, et de particuliers des classes moyenne et aisée (essentiellement pour les rayons sanitaires et carrelage).

En grande pompe

Après l’inauguration le 19 janvier de son nouveau show-room à Abidjan, entièrement reconstruit sur 2 000 m2 après un incendie il y a deux ans (2,6 milliards de F CFA d’investissement), le groupe a ouvert le 24 novembre son magasin de Pointe-Noire et a coupé le ruban en grande pompe de celui de Libreville – également victime d’un incendie il y a trois ans -, qui aura nécessité trois années de travaux et 2,6 milliards de F CFA d’investissement. Considéré comme le plus grand comptoir de vente de matériaux en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale, le nouveau bâtiment comprend un show-room de 3 800 m2 et 10 000 m2 d’entrepôts.

batimat infoSi le programme a principalement porté sur la rénovation des bâtiments, Abidjan, Pointe-Noire et Libreville, ainsi que Dakar, ont donc bénéficié de la construction de nouveaux locaux. « Ce sont des bâtiments au top de la modernité », explique l’un des fondateurs, Mohamed Fares, rencontré dans ses locaux de Dakar, avenue Malick-Sy. « Les autres filiales ont bénéficié de profonds travaux de rénovation de leurs show-rooms pour accueillir les clients dans des espaces de vente chaleureux et fonctionnels avec une meilleure exposition des produits et une montée en gamme », poursuit-il. Et, premier du genre, le magasin de Libreville intègre un espace libre-service de 1 500 m2 : une preuve de plus de l’expansion de la grande distribution en Afrique.

Ciment

Le marché est surtout porté par le boom de la construction sur le continent : le BTP y pesait 46 milliards d’euros en 2010, un chiffre en hausse de 6,7 %. Un contexte favorable qui devrait permettre à Batimat de porter son chiffre d’affaires de 121 milliards de F CFA en 2011 à 150 milliards en 2012. De quoi envisager d’autres implantations : Douala, Kinshasa et Brazzaville pourraient prochainement accueillir l’enseigne. Les commandes des différentes filiales sont confiées à des directeurs généraux. Mais l’ensemble des achats est géré depuis la capitale sénégalaise. La ville est d’ailleurs un show-room à elle seule : du siège de la BCEAO (pour le marbre) au clinquant Sea Plaza sur la corniche (étanchéité) en passant par le lycée français Jean-Mermoz (carrelage), les matériaux du groupe se retrouvent aux quatre coins de la péninsule. 

* Sénégal, Gambie, Mali, Burkina Faso, Niger, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Gabon, Congo.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro