Société

Ramadan – Maroc : à Agadir, la (mini) guerre du bikini

Un groupe de surfeurs marocains a lancé une campagne anti bikini. © AFP

Le week-end dernier, un groupe de jeunes surfeurs marocains a lancé sur une plage d’Agadir une campagne anti-bikini en invoquant le respect du mois de ramadan. Une initiative qui n’a pas tardé à faire réagir le ministre du tourisme

Chaque année, le ramadan charrie son lot de polémiques. La dernière en date vient du Maroc. Elle a été provoquée par une simple pancarte. Sur un tissu noir, des surfeurs musulmans ont écrit, samedi 20 juin, à la peinture blanche « Respect Ramadan No Bikinis », en anglais pour s’adresser essentiellement aux touristes qui se pressent sur les plages marocaines. Des touristes priés à l’occasion du ramadan débuté le 18 juin dernier de ne pas (trop) se dénuder, donc.

L’initiative n’a pas été du goût de tous les Marocains. À commencer par les restaurateurs, hôteliers ou commerçants qui travaillent dans le secteur du tourisme. L’un d’entre eux, interrogé par le site Morocco World News a déclaré : « Beaucoup de marocains ne comprennent pas qu’il y a une séparation entre leur vies personnelles et les vies et choix des autres. » Et d’ajouter : « Ce genre d’initiative pourrait décourager ces touristes qui ont l’intention de visiter le Maroc ». Or le tourisme secteur clé du Maroc, représentant 8% du PIB. En 2013, le secteur avait engendré 99,5 millions de dollars.

Les pancartes confisquées

Le ministre du tourisme contacté par Médias 24 a fait part de son indignation vis-à-vis de cette campagne « Personne n’a le droit de faire la loi à la place des pouvoirs publics. Nous n’admettons jamais ces comportements inacceptables de personnes qui s’érigent en justiciers de la morale et de la vertu », a-t-il déclaré. Tout en ajoutant que les autorités locales ont confisqué les pancartes et identifié les jeunes Marocains concernés, lundi 22 juin.

Conservateurs vs Libéraux

Sur les réseaux sociaux, l’affaire fait jaser. Si des touristes menacent de boycotter le Maroc cet été, certains conservateurs marocains ne cachent pas leur approbation de l’initiative des surfeurs. D’autres s’interrogent, allant jusqu’à rêver d’une interdiction totale du bikini même en dehors du Ramadan. Enfin, les plus réalistes gardent en tête le poids considérable du tourisme dans l’économie marocaine, qui condamnerait selon eux cette campagne à l’échec.

Capture d'écran © Twitter

Capture d’écran © Twitter

Capture d'écran © Twitter

Capture d’écran © Twitter

Capture d’écran © Twitter

Capture d’écran © Twitter

Capture d'écran ©Twitter

Capture d’écran ©Twitter

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte