Ebola : arrêt des essais cliniques d’un traitement initialement jugé prometteur

Le Sierra Leone et la Guinée sont toujours affectées par la maladie. © Michael Duff/AP/SIPA

Beaucoup d'espoir avait été placé dans le traitement expérimental TKM-Ebola-Guinea. Mais l'entreprise canadienne à son origine a annoncé vendredi l'arrêt des essais.

Il y a encore quelques mois, ce traitement expérimental était censé faire des miracles. Mais vendredi 19 juin, l’espoir suscité par le TKM-Ebola-Guinea s’est évanoui.

La compagnie canadienne à l’origine du médicament, Tekmira Pharmaceuticals, a en effet déclaré que les essais étaient interrompus, faute de résultat. En cause, l’inefficacité du traitement sur les patients malades, selon des tests menés au Sierra Leone. Selon le communiqué publié par l’entreprise, le TKM-Ebola-Guinea « avait peu de chance de prouver un bénéfice thérapeutique global ».

Un essai clinique critiqué

Aucun résultat n’a été publié par la compagnie, qui assure que les données récoltées seront analysées et recoupées pour interpréter les résultats, a expliqué au New York Times le professeur en charge de l’étude, Peter Horby.

Plusieurs scientifiques avaient émis des doutes sur les essais cliniques réalisés par Tekmira Pharmaceuticals au Sierra Leone, pays durement affecté par Ebola. Aucun placebo n’était ainsi administré, empêchant de constater l’efficacité du traitement, selon ses détracteurs.

Quid des autres médicaments expérimentaux ?

Plusieurs essais cliniques ont également été décrits comme prometteurs. Parmi eux, le ZMapp ou encore le Favipiravir. Le premier, un « cocktail d’antibiotique », est toujours à l’essai. Il est testé depuis février aux États-Unis, au Liberia, et aussi en Sierra Leone, écrit le magazine Science.

L’essai du Favipiravir, qui semblerait montrer son efficacité sur des malades pris en charge précocement, se poursuit. Les résultats préliminaires n’ont pour l’heure pas été consolidés, selon l’OMS. D’après le professeur Yves Lévy, président-directeur général de l’INSERM, un essai sur une combinaison de Favipiravir et de ZMapp devrait également avoir lieu.