Fermer

La SFI veut tripler ses engagements dans les pays post-conflit

Par Jeune Afrique

En 2012, la SFI a investi un montant record de 3,7 milliards de dollars en Afrique. DR ©

La Société financière internationale (SFI), société d'investissement de la Banque mondiale, prévoit de tripler ses prêts dans les pays post-conflit africains d'ici à 2017.

La Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a prévu de tripler ses investissements dans les pays post-conflit d’ici à 2017. En 2012, elle a déjà investi un montant record de 3,7 milliards de dollars en Afrique, contre environ 700 millions de dollars en 2006. En Afrique, la liste des pays post-conflit comprend 17 États parmi lesquels l’Angola, le Burundi, la Centrafrique, les deux Congos, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Tchad et le Togo.

Lire aussi :

Investissements record de la SFI en Afrique subsaharienne
Côte d’Ivoire : la SFI veut investir 200 millions de dollars

Priorité aux infrastructures et à l’agro-industrie

Nena Stoiljkovic, vice-présidente de la SFI, a déclaré que l’institution chercherait à exploiter la forte croissance économique dans ces pays après des années de sous-investissement à cause de la guerre civile. « Nous pourrions tripler notre investissement dans les pays post-conflit dans les cinq prochaines années », a-t-elle ajouté. La priorité devrait être donnée aux infrastructures et à l’agro-industrie.

La SFI a investi dans de nombeux secteurs en Afrique, y compris dans les compagnies aériennes, les banques, les télécommunications, les infrastructures, l’exploitation minière et l’agriculture.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici