Fermer

Côte d’Ivoire : Sébastien Kadio-Morokro met les gaz

Depuis 2010, Sébastien Kadio-Morokro a pris la suite de son père à la tete d'un entreprise dont le chiffre d'affaires atteint 100 millions d'euros. © Olivier/JA

Sébastien Kadio-Morokro, jeune directeur général de Pétro Ivoire, sillonne l'Europe et l'Afrique de l'Ouest pour poursuivre la diversification du groupe.

Pour Sébastien Kadio-Morokro, pas de doute : une partie de l’avenir de Pétro Ivoire se joue désormais à l’international. Du coup, le jeune patron de 32 ans a mis son agenda au diapason. Après un voyage à Paris mi-novembre pour rencontrer d’éventuels investisseurs et discuter stratégie avec son partenaire Geogas, un négociant suisse de gaz actif en Afrique de l’Ouest, il est depuis quelques jours à Conakry. « D’ici à dix-huit mois, j’espère développer mes activités en Afrique de l’Ouest », explique-t-il. Dans son viseur, les marchés du gaz domestique en Guinée, mais aussi au Burkina Faso et, à plus long terme, au Sénégal.

Lire aussi sur le même sujet :

Timide retour des capital-investisseurs

Côte d’Ivoire : nouveau terminal butanier

Petro Ivoire prospecte à Paris

Virage stratégique

Des ambitions naturelles après la réussite de l’entreprise dans ce secteur en Côte d’Ivoire. « Les revenus générés par la distribution de butane ont doublé sur la dernière année. Ils représentent 20 % du chiffre d’affaires [sur un total prévisionnel d’environ 100 millions d’euros pour 2012, NDLR]. En Côte d’Ivoire, nous occupons la troisième place derrière Petroci et Addax & Oryx. En 2013, nous espérons passer numéro deux », explique Sébastien Kadio-Morokro, initiateur de cette diversification au sein de Pétro Ivoire, auparavant uniquement présent dans la distribution pétrolière.

Je n’ai jamais eu peur de perdre le contrôle de la société.

Un virage stratégique pris en 2008 au moment où il accède au poste de directeur général adjoint, après trois années d’apprentissage comme auditeur puis chef du service technique et, enfin, directeur des opérations. En accord avec son père Mathieu Kadio-Morokro, fondateur de l’entreprise en 1994 après vingt-cinq ans passés au sein de Shell Côte d’Ivoire, il suggère également d’ouvrir le capital à des fonds d’investissement pour financer ce nouveau projet. Après Cauris et Africinvest, c’est désormais Phoenix Capital Partners qui possède une part (15 %) de Pétro Ivoire. « Je n’ai jamais eu peur de perdre le contrôle de la société [sa famille détient toujours 40 % du capital] », affirme l’intéressé, diplômé en monnaie et finance de l’université Paris-XII.

Depuis le départ à la retraite de son père en 2010, Sébastien Kadio-Morokro veille également à ce que Pétro Ivoire poursuive sa croissance sur le marché ivoirien de la distribution pétrolière. En 2013, trois nouvelles stations-service devraient être construites, pour porter leur nombre à 38. 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro