Votre pays est-il bien placé dans le palmarès des footballeurs expatriés en Europe ?

Clinton N'jié, le joueur camerounais de l'Olympique lyonnais. © Laurent Cipriani/AP/SIPA

Les Africains font-ils le bonheur des grands clubs de football européens ? Sont-ils aussi nombreux qu’on le croit sur le vieux continent ? Réponses en infographies.

Combien de footballeurs votre pays a-t-il fourni aux grands clubs européens cette année ? Combien y ont brillé ? Alors que le mercato d’été s’est ouvert, l’Observatoire du football du Centre international d’étude du sport (CIES, dont sont issues les données de nos infographies) a profité de la fin de la saison footballistique en Europe pour répondre à ces questions.

Et, sans surprise, c’est l’Afrique de l’Ouest qui tient le haut du pavé dans le domaine en 2014-2015. Le Sénégal devance la Côte d’Ivoire, qui surclasse quant à elle le Ghana. Le Cameroun et le Nigeria, qui rivalisaient encore voici cinq ans, ont désormais pris du retard. En tout cas, en termes de nombre de joueurs évoluant en Europe.

Au niveau de la qualité de joueurs, l’écart est plus restreint. Le Cameroun place par exemple cinq de ses ressortissants dans l’un des cinq premiers clubs de l’un des cinq principaux championnats européens que sont l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, la France et l’Italie. Soit le même score que le Sénégal, dont les représentants sont pourtant plus nombreux.

Les Camerounais ont notamment pu compter sur la bonne saison de l’Olympique lyonnais, deuxième du championnat de France et porté par Clinton Njié et Henri Bedimo.

Le continent africain, avec ses 54 nationalités, est toutefois, en grande partie par déficit d’infrastructures, loin d’être le plus représenté. Il ne dépasse que de peu deux nations, les deux principales puissances footballistiques extra-européennes que sont l’Argentine et le Brésil, sans que rien ne permette d’observer une évolution de cette tendance depuis 2010.

Les chiffres pourraient toutefois être plus élevés, si l’on tenait compte uniquement de la nationalité, sans se soucier du pays de formation des joueurs. En effet, n’est considéré comme expatrié qu’un footballeur qui n’a pas commencé à jouer dans le pays du club employeur. Or nombre de joueurs maghrébins entrent dans ce dernier cas de figure.

Sofiane Feghouli, dont la carrière a débuté à Paris, au Red Star, est considéré comme expatrié français alors qu’il joue avec la sélection algérienne. Même chose pour l’Ivoirien Didier Drogba, qui a a commencé à jouer au football en France, après avoir quitté la Côte d’Ivoire pour des raisons extra-sportives.