Fermer

Le Gabon se lance dans la transformation du manganèse

Par Jeune Afrique

Vue du Centre metallurgique de Moanda, au Gabon. © Direction de la communication/Présidence du Gabon/Flickr

Le président gabonais Ali Bongo Odimba a inauguré le 12 juin la première usine de transformation du minerai de manganèse du pays. Le complexe industriel, situé à Moanda, a nécessité près de 150 milliards de F CFA (228,67 millions d'euros) d'investissements.

Le Gabon, deuxième producteur africain de manganèse (derrière l’Afrique du Sud), dispose désormais de sa première usine de transformation de ce minerai, « après 52 ans d’exploitation brute », rappelle un communiqué de la présidence.

Complexe

Le Centre métallurgique de Moanda (CMM), dont la construction a été achevée en décembre 2014, a été inauguré officiellement le vendredi 12 juin par le président Ali Bongo Odimba.

Situé à 650 km au sud-est de Libreville, la capitale du pays, le CMM compte deux usines produisant respectivement du manganèse métal et du silico-manganèse (alliage métallique). D’une superficie de 50 hectares, ce complexe industriel dispose d’une capacité annuelle de production de 65 000 tonnes de silico-manganèse et de 20 000 tonnes de manganèse métal.

Investissements

Le Centre métallurgique de Moanda est situé au cœur de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). Cette entreprise est détenue majoritairement par le groupe français Eramet. Les parts de l’État dans la Comilog (28,45 % ) ont été transférées en octobre dernier à la Société équatoriale des mines – une entreprise de droit privé détenue toutefois à 100 % par l’État du Gabon.

Selon Jean Fabre, administrateur directeur général de Comilog, cité dans un communiqué, « ce vaste projet a nécessité un investissement d’environ 150 milliards de F CFA [228,67 millions d’euros], entièrement financés par des compagnies privées ».

Dans le même document, la présidence du Gabon rappelle, pour sa part, que le démarrage des activités de CMM a nécessité « la construction par l’État gabonais du barrage hydro-électrique de Grand Poubara pour un coût de 200 milliards de F CFA ». D’une puissance de 160 mégawatts aujourd’hui, la production de ce barrage s’élèvera à 280 MW à terme, explique la même source, « permettant ainsi l’alimentation d’autres industries emmenées à s’installer dans cette province prospère ».

Résultats

En 2014, Comilog a enregistré un chiffre d’affaires de 937 milliards de F CFA (1,428 milliard d’euros environ), en baisse de 9 % par rapport à 2013, en raison d’un important accident ferroviaire survenu au 1er semestre 2014 et qui a perturbé la production – dans un contexte de baisse des prix du minerai de manganèse. Sa production de manganèse a atteint près de 3,5 millions de tonnes l’an dernier. Le résultat opérationnel courant de Comilog a atteint 90 milliards de F CFA, en net recul par rapport aux 143 milliards de F CFA enregistrés en 2013.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro