Le Nigérian Benedict Oramah nommé président d’Afreximbank

Par Jeune Afrique

Benedict Oramah est le deuxième Nigérian à prendre la tête d'Afreximbank. © Afreximbank

Les actionnaires de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) ont choisi le Nigérian Benedict Oramah, qui faisait figure de favori, pour succéder à l'Ivoirien Jean-Louis Ekra à la présidence de l'institution panafricaine.

Le samedi 13 juin, en clôture des 22e Assemblées générales de la Banque africaine d’import-export, organisées à Lusaka, Benedict Oramah a été nommé président de l’institution financière.

C’est le troisième président d’Afreximbank et le deuxième Nigérian à occuper ce poste. Il succédera en septembre prochain à Jean-Louis Ekra, en poste depuis 2005. L’Ivoirien, qui avait pris la suite de Christopher Edordu, premier président d’Afreximbank, achève son deuxième mandat.

Parcours

Titulaire d’un doctorat en économie agricole obtenu à l’université d’Obafemi Awolowo au Nigéria, Benedict Oramah a rejoint Afreximbank en 1994 en tant que chef analyste avant de gravir les échelons de l’institution : directeur senior chargé de la planification et du développement commercial en 2007, puis vice-président exécutif chargé du développement commercial et des banques d’affaires en 2008. Avant d’entrer à Afreximbank, il a occupé le poste de manager adjoint de la recherche au sein de la Banque nigériane d’import-export (Nexim).

Dans le discours prononcé après sa nomination, Benedict Oramah  a tenu à rappeler qu’il avait fait l’essentiel de sa carrière à Afreximbank et s’est voulu rassurant : « Je ne suis peut-être pas actionnaire de la Banque, mais mes intérêts dans la banque sont entièrement alignés avec les vôtres », a-t-il déclaré, indique un communiqué de l’institution financière.

Le Nigérian s’est aussi engagé à poursuivre la politique d’inclusion de son prédécesseur. Basée au Caire, Afreximbank cherche à s’étendre sur tout le continent. Elle a ouvert fin mai son troisième bureau régional à Abidjan, après Harare et Abuja.

Bilan et ambitions

Devant les actionnaires de l’institution, le président sortant Jean-Louis Ekra a défendu son bilan, rappelant que durant ses deux mandats, le capital d’Afreximbank est passé de 750 millions de dollars à 5 milliards de dollars. Jean-Louis Ekra a également souligné que « les bénéfices nets ont été multipliés par cinq, passant de 20 millions de dollars en 2004 à 104 millions en 2014 ».

La banque prévoit une série de levées de fonds pour augmenter son capital : plus de 400 millions de dollars sous la forme d’émission d’obligations sur les marchés internationaux et 500 millions de dollars de crédits auprès d’un pool de banques internationales.

Créée en 1993 par les gouvernements africains, Afreximbank est dédiée au financement et à la promotion du commerce intra et extra-africain. Elle compte 37 États membres.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici