Fermer

Algérie : une candidate au bac fraude à l’aide d’une oreillette satellitaire

L’examen du baccalauréat a débuté dimanche en Algérie avec de nombreux cas de fraudes signalés. Une candidate a été surprise alors qu’elle recevait les réponses via une oreillette satellitaire.

L’affaire est digne d’un scénario de fiction. Une candidate au baccalauréat algérien a été surprise en fragrant délit de tricherie, aidée par une oreillette satellitaire « sophistiquée ». Le correspondant extérieur qui était chargé de dicter les réponses, a allégrement poursuivi son travail, ignorant totalement que la supercherie venait d’être découverte.

Plus de 850 000 Algériens ont entamé le 7 juin les épreuves du baccalauréat, encadrés par une batterie de 163 000 surveillants particulièrement vigilants pour empêcher les fraudes surtout à l’aide des nouvelles technologies.

De nombreuses arrestations

Des cas de fraudes via Facebook ont été signalés au premier jour des épreuves écrites. La méthode consiste à partager des captures d’écrans des sujets de l’examen  quelques minutes après la distribution des épreuves. Des pages dédiées sont créées tous les jours pour relayer les réponses aux différents sujets proposés aux candidats. Nouria Benghebrit, ministre de l’Éducation a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire sur ces différents cas de fraudes.

Trois jours après le début du baccalauréat, 61 personnes ont été exclues et sont désormais sous le coup de poursuites pénales. Nouria Benghebrit annonce également le renforcement des mesures « fermes » contre la fraude avec l’utilisation des nouvelles technologies dès 2016.