Fermer

Casablanca : le tramway peut rouler

Par Jeune Afrique et

La première ligne de tramway traverse Casablanca de bout en bout. © AFP

Après cinq mois de test, le tramway de Casablanca roule désormais officiellement, comme prévu dans le planning initial du projet. Le coup d'envoi a été donné le 12 décembre par le roi du Maroc et le premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

Après la capitale Rabat, c’est au tour de Casablanca, premier centre urbain du Maroc, de se doter de sa ligne de tram. Le nouveau moyen de transport a été inauguré officiellement aujourd’hui (12 décembre) au cours d’une cérémonie à laquelle participait le roi Mohammed VI et le premier ministre français Jean-Marc Ayraut. Le projet annoncé il y a 4 ans a été donc réalisé dans les délais. Porté par la société Casa Transport, dirigée par Youssef Draiss, le tramway casablancais aura coûté la bagatelle de 5,9 milliards de dirhams (environ 530 millions d’euros), soit une économie de 500 millions de dirhams par rapport à l’enveloppe initiale réservée au projet. Cet investissement, dont une bonne partie a servi à l’acquisition des rames (pour 2 milliards de dirhams) auprès du français Alstom Transport, a été financé intégralement par l’État, la communauté urbaine de Casablanca et le fonds Hassan II pour le développement économique et social.
 
6 dirhams le ticket
Cette première ligne, d’une longueur de 31 kilomètres, traverse la ville de bout en bout. A partir d’aujourd’hui, 37 rames Citadis, signées Alstom Transport, sillonneront Casablanca, capitale économique du royaume. La capacité annoncée est de près de 250 000 voyageurs par jour, à raison de 600 voyageurs par rame. La société gestionnaire du tram vient aussi de fixer le prix du ticket, à 6 dirhams, avec une durée de validité de 1h30.
La carte d’abonnement vaut 200 dirhams par mois pour le grand public, et 150 dirhams pour les étudiants.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici