Le Cameroun et Orange s’associent pour le déploiement du câble sous-marin ACE

Une agence Orange à Yaoundé, au Cameroun. © Renaud Van Der Meeren pour Les Éditions du Jaguar

Le Cameroun et la filiale de l’opérateur français ont signé un protocole d’accord le 08 juin. Ils débourseront respectivement 25 et 15 millions de dollars pour adhérer au consortium gérant ce câble sous-marin. Orange investira 1,5 milliard de F CFA pour construire la station d’atterrissement dans la cité balnéaire de Kribi.

Le Cameroun accélère la cadence pour tirer parti du câble sous-marin Africa Coast to Europe (ACE). Le gouvernement doit signer un accord de consortium durant la réunion du comité de gestion de ACE, qui doit devant s’achever le 12 juin, en France. C’est la première étape du processus d’adhésion à ce consortium ayant Orange pour chef de file.

Les deux dernières étapes consistent en l’acquittement de 25 millions de dollars dans les trois mois et au versement de 5,8 millions de dollars représentant le surcoût qu’implique la construction de la branche camerounaise et sa liaison par fibre optique – de Kribi à Lagos – au segment 4 de ACE (allant de Sao Tomé à Cape Town) sur le point d’être réalisé.

Enfin, le Cameroun prend des engagements de l’ordre de 17 millions de dollars pour garantir le déploiement de ce point d’atterrissement sur ses côtes.

Orange Cameroun pour sa part déboursera 15 millions de dollars pour s’affilier au consortium ACE et investira près de 1,5 milliard de F CFA (2,28 millions d’euros) pour construire dans les douze mois la station d’atterrissement du câble dans la cité balnéaire de Kribi, dans le sud du pays. En contrepartie de quoi l’opérateur des télécoms accédera à des capacités suffisantes pour satisfaire ses propres besoins.

Rôles

Cette répartition des rôles a été actée le 08 juin, dans un protocole d’accord signé par son directeur général, Elisabeth Medou Badang, et le ministre des Postes et Télécommunications du Cameorun, Jean-Pierre Biyiti bi Essam.

La construction achevée, la station de Kribi sera exploitée par Cameroon Telecommunications (Camtel), l’opérateur historique qui gère aussi les points d’atterrissement des câbles sous-marins WACS (qui sera opérationnel dès le 1er juillet) et SAT3.

Par ailleurs, le gouvernement négocie actuellement son adhésion à l’organisme en charge du câble sous-marin nigérian Main One, pour faire passer sa capacité totale de 20 gigabits/seconde à 3 térabits/seconde.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici