Agro-industrie : les secrets du succès d’Olam en Afrique, selon Sunny Verghese

Le groupe agro-industriel Olam est présent dans 65 pays, dont 25 en Afrique. © Reuters

Lancé en 1989 au Nigeria, avec un capital de 100 000 dollars dans le but d’exporter des noix de cajou vers l’Inde, Olam est aujourd’hui un géant mondial de l’agro-industrie, présent dans 65 pays et réalisant un chiffre d’affaires de 19,42 milliards de dollars pour un Ebitda de 1,168 milliard de dollars.

Dans une tribune rédigée exclusivement pour le blog « Secteur privé & développement » de Proparco et adaptée pour Jeune Afrique dans le cadre d’un partenariat avec cette filiale de l’Agence française de développement, Sunny Verghese, co-fondateur et PDG d’Olam International, revient sur les leçons apprises par son groupe après un quart de siècle d’activité en Afrique, où il est présent dans 25 pays.

>>>> Lire ici la tribune de Sunny Verghese

De la délicate gestion des droits fonciers à l’intégration des petits exploitants agricoles à la chaîne d’approvisionnement, en passant par la question de la transformation locale et la mise en valeur des talents locaux, Sunny Verghese dresse un diagnostic réaliste des défis à relever pour que l’Afrique émergente réalise pleinement son potentiel dans l’agro-industrie. Cette tribune offre également un rare éclairage sur les solutions adoptées au fil des ans par Olam dans le développement de ses activités sur le continent.

Pragmatique

Cette approche pragmatique, Sunny Verghese la résume ainsi : « Impliquer les parties prenantes sur place et leur permettre d’aller de l’avant, faire face aux spécificités locales et travailler à la mise en place de solutions à long terme ».

Une recette qui peut être utile à toutes les entreprises actives sur le continent et dont l’efficacité, comme le prouve la réussite d’Olam, pourrait persuader les opérateurs qui hésitent encore à se lancer en Afrique.