Ghana : à Accra, inondations et incendie font près de 10 000 victimes dont 150 morts

Par Jeune Afrique

Des véhicules brûlés dans la station-service de la Ghana Oil Company, où l'incendie a fait plus de 150 morts. © Fati Braimah/AFP

Un incendie suivi d'une explosion a fait plus de 150 morts dans la capitale ghanéenne Accra, également ravagée par des pluies torrentielles.

Près de 10 000 personnes ont été affectées par les inondations et par l’incendie qui a fait plus de 150 morts la semaine dernière dans la capitale ghanéenne Accra, a indiqué la Croix-Rouge lundi, au premier des trois jours de deuil national décrété par le gouvernement.

« Nous avons identifié un total de 9 250 personnes qui ont été affectées par les inondations et l’incendie, 1 125 maisons ont été endommagées et 67 personnes ont été hospitalisées », a déclaré le coordinateur de la Croix-Rouge, Francis Obeng. « Un rapport complet sur les pertes humaines et matérielles doit être préparé d’ici un mois », a-t-il ajouté.

Une cérémonie prévue mercredi sur les lieux de l’incendie

Dores et déjà, les autorités assurent avoir commencé la distribution d’aide aux victimes, à commencer par la nourriture et l’eau. Les agences de l’ONU ont par ailleurs été invitées à collaborer avec les organismes locaux pour porter secours aux victimes de cette tragédie, qualifiée par le président ghanéen John Dramani Mahama de « catastrophique et presque sans précédent ».

Le gouvernement a demandé à la population de se vêtir en noir en signe de deuil. Une cérémonie, à laquelle assistera le président ghanéen, sera également organisée mercredi en mémoire des victimes près du rond point Kwame Nkruma, où a eu lieu le drame.

Scènes de chaos à Accra

L’incendie, suivi d’une explosion, s’était déclaré jeudi dans une station-service de la Ghana Oil Company (GOIL). Des dizaines de personnes qui s’y étaient réfugiées pour s’abriter de pluies torrentielles, à l’origine d’importantes inondations, avaient alors été tuées. Le feu se serait déclaré dans une maison avant de s’étendre à la station voisine, détruisant aussi au passage une pharmacie et des immeubles voisins.

Deux jours de fortes pluies ont semé le chaos à Accra, submergeant des quartiers entiers. Les habitants se sont retrouvés coincés et les routes saturées par des voitures qui, pour certaines, étaient charriées par les eaux torrentielles. Ces pluies ont également fait déborder les égouts qui étaient bouchés par des ordures, selon des habitants.

(Avec AFP)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici