Soudan du Sud : la famine menace 4,6 millions de personnes

Des enfants souffrant de malnutrition dans un hôpital de Leer, Soudan du Sud, juillet 2014. © Nichole Sobecki/AFP

Les Nations unies lancent à nouveau un cri d'alarme au Soudan du Sud : quatre personnes sur 10 auront besoin d'une aide alimentaire d'urgence d'ici juillet en raison de la guerre civile qui ravage le pays. Et les fonds internationaux sont toujours insuffisants pour aider la population du plus jeune État du monde.

La faim menace toujours les Sud-Soudanais, aux prises avec la guerre civile depuis 17 mois. Quelque 4,6 millions de personnes auront besoin d’une aide alimentaire d’urgence d’ici le mois de juillet, selon la dernière évaluation des Nations Unies. De ce nombre, au moins un million d’entre eux sera déjà en situation de crise, l’étape précédant la famine.

"L’insécurité alimentaire croissante est le résultat de ce conflit qui n’a que trop duré", combiné à l’inflation galopante, peut-on lire dans le rapport de l’ONU publié mercredi. Les régions les plus affectées par l’insécurité alimentaire se situent dans l’État de Jonglei au nord du pays et celui du Haut-Nil au sud, deux des trois États les plus durement touchés par les combats. "Des millions de personnes au Soudan du Sud sont piégées par un conflit brutal, par la faim et une crise économique qui empire", résume Joyce Luma, directrice du Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan du Sud.

La guerre civile oppose depuis décembre 2013 les partisans du président Salva Kiir et ceux du vice-président Riek Machar. Le conflit a déjà fait plus de 10 000 morts et deux millions de déplacés.

>> Lire Soudan du Sud : le Parlement offre une rallonge de trois ans au président Salva Kiir

"Le soutien des donateurs internationaux reste très en deçà des besoins"

Le manque d’infrastructures routières oblige les organisations humanitaires à  transporter l’aide d’urgence par barge ou par avion, ce qui augmente considérablement les coûts d’opération des ONG.

Le Programme alimentaire mondial avait déjà fait état d’un déficit de financement de 212 millions d’euros de son programme dans ce pays.

>> Lire aussi Soudan du Sud : l’ONU lance un appel aux dons de près de 2 milliards de dollars

L’ONG Care dénonce à son tour le manque de fonds internationaux. "L’aide apportée par les organisations humanitaires au Soudan du Sud est plus indispensable que jamais, pourtant le soutien des donateurs internationaux restant très en deçà des besoins, de nombreuses organisations humanitaires doivent faire plus avec moins", déplore Aimee Ansari, directrice de l’ONG au Soudan du Sud.

En Afrique subsaharienne, le quart de la population souffre de la faim

La situation de la faim dans le monde s’est généralement améliorée, selon les Nations unies. Le nombre d’affamés a reculé d’un quart en 25 ans, passant pour la première fois sous la barre des 800 millions de personnes. Les progrès ont été notés en Asie et en Amérique Latine.

En revanche, l’Afrique Subsaharienne compte près d’un quart de sa population en état de sous-alimentation, notamment en Centrafrique, Côte d’Ivoire, Liberie, Madagascar, Namibie, Ouganda, Tanzanie ou Zambie, où les progrès sont "très lents".

>> Pour aller plus loin Soudan du Sud : une guerre oubliée ?

(Avec AFP)