Mali : l’armée accusée d’avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Par Jeune Afrique

Des soldats maliens en patrouille à Kidal, en juillet 2013. © Kenzo Tribouillard/AFP

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens d'avoir éxécuté neuf personnes.

Les combats ont éclaté jeudi 21 au matin dans la localité de Tin Hama, à une cinquantaine de kilomètres d’Ansongo, dans le nord-est du Mali. Ils ont opposé les rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à l’armée malienne et au Gatia, une milice touarègue pro-gouvernementale.

Selon un communiqué de la CMA, "l’armée malienne à procédé à l’exécution sommaire et publique de neuf personnes". Ces individus, dont la CMA donne l’identité et affirme qu’ils étaient des civils, "ont d’abord été arrêtés par la milice Gatia puis remis aux soldats maliens présents qui les ont ensuite exécutés", poursuit le communiqué. La rébellion affirme par ailleurs que plusieurs personnes sont portées disparues.

Condamnant "avec fermeté cette exécution sommaire", la CMA réclame enfin l’ouverture d’une enquête des organisations internationales et de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali, sur ces faits. Ni Bamako ni la Minusma n’ont encore réagi à ces accusations.

>> Lire aussi Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?