Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN…

Par Jeune Afrique

Amar Saadani, secrétaire général du FLN depuis fin août 2013. © AFP

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs cadres de son parti.

Sur une liste présentée à son initiative et sur laquelle figuraient les noms de onze candidats à des postes ministériels dans le gouvernement d’Abdelmalek Sellal, un seul a été retenu : celui de Tahar Khaoua, chef du groupe parlementaire FLN, qui, lors du remaniement du 14 mai, a été nommé ministre des Relations avec le Parlement.Le camouflet est d’autant plus cinglant que Saadani exigeait que le Premier ministre soit membre du FLN, qui est quand même majoritaire à l’Assemblée avec 207 sièges. …

>> À lire aussi : Amar Saïdani, le nouveau patron (contesté) du FLN

… et grosse colère du chef de la diplomatie

Indignation de Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères, en découvrant le 14 mai la composition du nouveau gouvernement : il doit partager la conduite de la diplomatie avec Abdelkader Messahel, nouveau ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Coopération internationale.Cette dualité au sommet est une première en Algérie. Furieux, Lamamra s’en plaint auprès (notamment) du Premier ministre, va jusqu’à mettre sa démission dans la balance…

>> À lire aussi Remaniement en Algérie : Intérieur, Energie et Finances changent de mains

Après cinq jours de confuses tractations, la présidence choisit, le 18 mai, de ménager la chèvre et le chou : Lamamra devient ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale ; et Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici