Infrastructures : la BEI prête 300 millions d’euros à Madagascar

Par Jeune Afrique

L'élection du président Hery Rajaonarimampianina, fin 2013, a mis un terme à une crise politique ayant entraîné la suspension des aides internationales (40 % du budget malgache). © AFP

La Banque européenne d'investissement a accordé un prêt de 300 millions d'euros à Madagascar. Ces ressources serviront à la réhabilitation des infrastructures de transport et d'énergie ainsi qu'à la réparation des dommages causés par le cyclone Chedza.

La Banque européenne d’investissement a octroyé un prêt de 300 millions d’euros à Madagascar pour réhabiliter les routes et les infrastructures énergétiques, indique un communiqué de la présidence malgache. Ces ressources serviront également à financer les travaux urgents de réparation des dommages causés par le cyclone Chedza.

Le président Hery Rajaonarimampianina est entré en fonction en janvier 2014. Sa victoire aux élections de 2013 a mis fin à une longue crise politique consécutive au coup d’État de 2009, qui avait poussé les bailleurs de fonds internationaux à suspendre leurs programmes d’aide. Suite à son élection, ces institutions, parmi lesquelles figurent le FMI et la Banque mondiale, ont recommencé à prêter à Madagascar.

Fragile

Célèbre pour sa faune et sa flore uniques, la Grande Île peine pourtant à faire redemarrer son industrie touristique. En outre, si les richesses de son sous-sol attirent les compagnies étrangères, elles freinent la diversification d’une économie qui reste fragile. L’économie malgache a montré des signes de reprise en 2014, avec une croissance estimée à 3 % qui pourrait grimper à 5 % en 2015 mais l’instabilité politique, la faiblesse des institutions et de la gouvernance menacent ces perspectives, selon le FMI.

Créée en 1957, la Banque européenne d’investissement est l’une des plus importantes institutions de financement multilatérales au monde. En 2014, elle a prêté 1,1 milliard d’euros en appui aux investissements en Afrique subsaharienne.

>>>> Mines : Madagascar veut sa part du gâteau

(Avec Reuters)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici