Kagamé le tchatcheur, Buhari l’influent… la vie des leaders africains sur Twitter

Selon Twiplomacy, Muhammadu Buhari est le leader africain le plus influent sur Twitter en 2015. © Trésor Kibangula/Jeune Afrique

Des leaders et institutions du continent se déploient de plus en plus sur Twitter. Certains, comme le Rwandais Paul Kagamé, sont déjà des modèles d'interactivité pour le monde entier. Mais ce n'est pas le seul enseignement d'une étude américaine publiée fin mars, dont nous analysons ici les résultats.

Twiplomacy 2015 se veut une « étude globale » sur l’utilisation de Twitter par les leaders mondiaux. Pour la troisième année consécutive, l’agence américaine Burson-Marsteller a passé au peigne fin 669 comptes des chefs d’État et de gouvernement, des ministres des Affaires étrangères et des institutions publiques dans 166 États à travers le monde.

Preuve, s’il en fallait encore une, que le réseau social au petit oiseau bleu est devenu incontournable. Au 24 mars 2015, 172 chefs d’État et de gouvernement, plus de la moitié des ministres des Affaires étrangères de la planète et plus de 4 100 ambassades sont actifs sur Twitter, à en croire l’étude publiée fin mars.

>> Voir aussi le clip de Stromae contre Twitter : clip, clics, buzz

Des diplomates somaliens, maliens et rwandais parmi les mieux connectés

En Occident, des ministères des Affaires étrangères européens et leurs responsables s’y suivent mutuellement pour constituer un « réseau diplomatique virtuel ». Ce qui leur permet de contourner des procédures diplomatiques traditionnelles, en s’échangeant directement des messages privés sur la plateforme.

En la matière, le mieux connecté au monde, c’est Laurent Fabius. Le diplomate français est en « connexion mutuelle » avec 100 autres ministres des Affaires étrangères et dirigeants à travers le monde.

Twiplomacy 2015.

Laurent Fabius est le leader le mieux connecté au monde. © Twiplomacy 2015.

Source : Twiplomacy 2015

Si l’on ne retrouve pas les diplomates africains sur le top 5, ils ne sont pas pourtant bien loin. Avec 41 « connexions mutuelles », le ministère somalien des Affaires étrangères pointe à la 46è place du classement des leaders – institutions comprises – les mieux connectés au monde. Sur le podium africain, il est suivi par la présidence malienne (36 connexions mutuelles) et par le ministère rwandais des Affaires étrangères (26).

Kagamé, Uhuru, Kenyatta, les plus populaires

Paul Kagamé, l’un des premiers leaders africains à utiliser Twitter, est quant lui le dirigeant du continent qui détient le plus grand nombre de followers : plus 840 000 abonnés sur son compte personnel. Certes, loin derrière les quelque 60 millions d’abonnés du champion du monde de la catégorie, l’Américain Barack Obama.

Dans le top 50 des comptes africains les plus suivis, quelques petits nouveaux font leur entrée cette année. Il s’agit, entre autres, du Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo, et de son homologue éthiopien, Hailemariam Desalegn, qui intègrent petit à petit Twitter dans leur stratégie de communication. Parfois avec l’aide des agences digitales basées à l’étranger.

>> Lire aussi : Parmi les chefs d’État africains, qui a le plus de « faux abonnés » sur Twitter ?

Buhari, à la fois le plus actif et …

Sur Twitter, il ne suffit cependant pas d’être le plus populaire, encore faut-il tweeter. Régulièrement. Avec 14 tweets en moyenne par jour, le nouveau président nigérian, Muhammadu Buhari, est aujourd’hui le plus actif de tous les leaders africains sur le réseau social. Pourtant, c’est seulement depuis le 22 décembre dernier qu’il a rejoint Twitter.

À l’époque, la campagne électorale battait son plein au Nigeria, sur fond de #BringBackGirls. La mobilisation internationale virtuelle réclamait la libération de plus de 200 lycéennes enlevées en avril 2014 à Chibok, dans le nord-est du pays, par Boko Haram.

Muhammadu Buhari n’a pas manqué  l’occasion de se faire remarquer sur la twittosphère, « affichant jusqu’à 60 tweets par jour », rapporte l’étude. Mais « depuis son élection, le 11 avril 2015, son activité sur Twitter a ralenti un peu », précise-t-elle. Même si sa moyenne des tweets journaliers dépasse encore celle de tous les autres leaders africains.

le plus influent

Estampillé « GMB » (entendez Général Muhammadu Buhari), chaque tweet personnel du nouvel homme fort d’Abuja recueille en moyenne plus de 500 retweets (RT). Une puissance de frappe qui consacre cette année le président nigérian élu comme le leader africain le plus influent du continent sur Twitter en 2015.

>> Le tweet le plus viral de Muhammadu Buhari : plus de 4300 RT <<

En comparaison, suivant la même règle – la moyenne des RT par tweet envoyé -, les messages à 140 caractères provenant des dirigeants africains les plus suivis sur Twitter ne bénéficient pas de la même viralité. Au contraire. Tel est le cas de Paul Kagamé qui, malgré ses 840 000 followers, campe à la dernière position dans le top 10 des leaders du continent les plus influents sur le réseau social.

Kagamé, leader le plus tchatcheur au monde

Mais le président rwandais excelle lorsqu’il s’agit d’interagir sur Twitter. Près de 90 % des tweets de Paul Kagamé constituent des réponses aux twittos. Il est le dirigeant le plus interactif au monde ! Le locataire d’Urugwiro village utilise essentiellement le réseau social de micro-blogging pour discuter avec ses followers ou répondre à ses détracteurs. Et parfois sa fille pointe pour l’alerter gentiment lorsqu’il envoie ses tweets « un peu en retard »…

Marchant dans les pas de leur champion, Louise Mushikiwabo (3è dans le top 5 mondial des leaders mondiaux les interactifs), la chef de la diplomatie rwandaise, et Anastase Murekesi, le Premier ministre, complètent le podium du classement des leaders africains les plus tchatcheurs sur Twitter.

>> Lire aussi : Les leaders africains parmi les plus interactifs au monde sur Twitter en 2013