Togo : Faure Gnassingbé réélu dans la contestation

Par Jeune Afrique

Affiche de campagne du président sortant togolaise, Faure Gnassingbé, le 23 avril 2015 à Lomé. © Issouf Sanogo/AFP

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé mardi soir la victoire de Faure Gnassingbé à l'issue de la présidentielle du 25 avril. Selon les résultats provisoires publiés, le président sortant togolais a obtenu 58,75 % des suffrages contre 34,95% pour son principal rival Jean-Pierre Fabre. Le camp de ce dernier crie déjà à la fraude.

"La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) constate que Faure Essozimna Gnassingbé est élu au titre des résultats provisoires, sous réserve de confirmation de ces résultats par la Cour constitutionnelle", a déclaré son président, Taffa Tabiou, en direct sur la chaîne de télévision nationale du Togo, mardi 28 avril au soir.

Au pouvoir depuis 2005, le président togolais sortant a remporté l’élection présidentielle par 58,75% des suffrages exprimés, contre 34,95% à son principal adversaire Jean-Pierre Fabre, selon les résultats rendus publics par la Ceni.

"Une victoire méritée", a commenté dans la foulée la présidence togolaise. "C’est la victoire du peuple togolais qui entend, avec le président Faure Gnassingbé, continuer à avancer vers le progrès et dans la paix", a-t-elle ajouté.

>> Lire aussi : Faure Gnassingbé, les mystères d’un président

"Coups de force, attaques, bourrages d’urnes"

Contacté, Jean-Pierre Fabre n’a pu être joint. Mais le CAP 2015 (Combat pour l’alternance politique, une coalition de plusieurs partis d’opposition) de Jean-Pierre Fabre a réitéré ses accusations de "fraudes".

"C’est toujours par des coups de force, des attaques, des bourrages d’urnes, des fraudes (…) que la famille Gnassingbé se maintient au pouvoir depuis 50 ans", a déclaré Éric Dupuy, porte-parole du CAP 2015.

Outre Gnassingbé et Fabre, trois autres candidats, tous d’opposition, concouraient pour cette présidentielle. Tchabouré Gogué, président de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), a rassemblé 3,08% des suffrages, Komandega Taama, président du Nouvel engagement togolais (NET), 1,06%, et Mouhamed Tchassona-Traoré, président du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD, opposition), 0,99%.

Quant au taux d’abstention, il a atteint 40,01% lors du scrutin présidentiel, selon les chiffres communiqués par la Ceni.

(Avec AFP)