Burundi : 8 000 civils ont fui le pays en deux semaines, selon le HCR

Par Jeune Afrique

Des refugiés burundais fuient les violences le 3 avril 2015 à Bugesera. © Stephanie Aglietti/AFP

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a révélé vendredi d’importants mouvements de populations du Burundi vers les pays voisins, notamment le Rwanda et la RDC. Près de 8 000 civils auraient ainsi fui le pays par crainte de violences lors des futures échéances électorales.  

La communauté internationale n’est pas la seule à craindre des violences lors des élections législatives et présidentielle de mai et juin prochain au Burundi. Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) estime le 17 avril à 8 000 le nombre de civils à avoir fui le pays en eux semaines pour se réfugier en République démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda.

"Au total, plus de 8 000 Burundais ont trouvé refuge dans ces deux pays durant ces deux dernières semaines, 7 099 au Rwanda et un plus petit nombre (1060) en RDC" a indiqua dans un point de presse Adrian Edwards, un porte-parole de l’institution onusienne. Plus de 60 % des personnes arrivant au Rwanda sont des enfants. "Beaucoup arrivent sans rien", a-t-il précisé.

Le Burundi a connu une décenie de guerre civile entre 1993 et 2002, suivie d’une transition de trois ans jusqu’à des élections démocratiques en  2005.

>> Lire aussi Burundi : l’ONU s’inquiète des actes de violence et d’intimidation à l’approche de la présidentielle

Tensions autour de la candidature de Pierre Nkurunziza

L’éventuelle candidature du président sortant Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, que ses opposants estiment inconstitutionnel et qui suscite des réserves jusqu’au sein de son propre parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), cristallise les tensions.

Selon le HCR, les réfugiés burundais ont signalé des cas de harcèlements politiques, d’intimidations, de disparitions de familles liées aux partis politiques d’opposition. Certains ont évoqué des recrutements forcés opérés par la milice pro-pouvoir des Imbonerakure, les membre de la Ligue des jeunes du CNDD-FDD. Ces derniers sont accusés par les défenseurs des droits de l’Homme de multiplier les exactions en toute impunité.

Le HCR redoute un afflux beaucoup plus important de réfugiés burundais dans les pays limitrophes. Le Rwanda héberge déjà plus de 74 000 réfugiés, notamment des personnes originaires de RDC.

>> Lire aussi Burundi : contre Nkurunziza, la fronde marque des points

(Avec AFP)