Présidentielle au Togo : premiers résultats annoncés au compte-gouttes dans une ambiance tendue

Par Jeune Afrique

Recompte des bulletins de vote par des agents de la commission électorale, le 25 avril à Lomé. © Issouf Sanogo / AFP

Les Togolais attendent avec inquiétude le verdict de l’élection présidentielle de samedi. L’annonce des premiers résultats a commencé tôt lundi, jour du 55e anniversaire de l’indépendance du pays.

Le Togo retient son souffle, deux jours après l’élection présidentielle du 25 avril marquée par une faible participation. À peine plus de la moitié des électeurs se sont rendus aux urnes pour élire leur président, un scrutin à un tour dont Faure Gnassingbé, le chef de l’État sortant, héritier d’une famille au pouvoir depuis 48 ans, est favori.

Au total, quelque 3,5 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes. Mais selon la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), le taux de participation de l’élection présidentielle de samedi a avoisiné les "53 à 55%", une mobilisation a priori bien inférieure à celle de la présidentielle de 2010 (près de 65%).

>> Lire aussi Togo : jour de vote à Lomé

Aucun incident majeur signalé

"Dans l’ensemble, les élections se sont déroulées dans la sérénité et dans le calme. Le seul constat fait, c’est qu’il y a moins d’affluence par rapport au scrutin précédent", a estimé le ministre de l’Administration territoriale, Gilbert Bawara.

M. Gnassingbé, qui brigue un troisième mandat, a pour principal adversaire Jean-Pierre Fabre, le candidat du CAP 2015 (Combat pour l’alternance politique), une coalition de plusieurs partis d’opposition. Malgré le désenchantement d’une partie de la population, l’opposition, qui aligne quatre candidats et dont une partie boycotte le scrutin a, selon les experts, peu de chances de l’emporter.

>> Lire aussi : Faure Gnassinbé, les mystères d’un président

Ceni silencieuse, réseaux sociaux prolifiques

Plus de 36 heures après la fin des opérations de vote, aucun résultat global n’a encore été communiqué par la Ceni. Son président a indiqué que la commission effectuait un travail de comparaison des résultats obtenus "de plusieurs sources" afin de s’assurer que les estimations publiées "reflètent la réalité". Le code électoral donne six jours à l’institution pour proclamer le verdict du scrutin, dont les premiers résultats officiels ont néanmoins commencé à être annoncé au compte-goutte, localité par localité, lundi matin dès 6h30 locales.

Des résultats non-officiels circulaient déjà depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux – Facebook notamment -, donnant l’avantage tantôt à Faure Gnassingbé, tantôt à son principa rival Jean-Pierre Fabre. Le ministre de l’intérieur a dénoncé ces procédés, en insistant sur le fait que les seuls chiffres acceptés seraient communiqués par les autorités en charge de l’organisation de l’élection.

Tension perceptible à Lomé

Un communiqué signé le 26 avril par le directeur de campagne du principal candidat de l’opposition indique "une avance décisive" de Jean-Pierre Fabre, ce qui est formellement démenti par une source proche de la commission électorale.

Un long travail de compilation des donnés a été réalisé sous la supervision d’un comité de vérification qui regroupe les représentants des candidats en lice, de la Ceni et de la communauté internationale.

Un important dispositif de forces de l’ordre est déployé à Lomé et dans les grandes villes alors que le pays célèbre ce 27 avril, le 55e anniversaire de son indépendance. Les cérémonies de commémoration ont été lancées la veille par le président sortant Faure Gnassingbé qui n’a néanmoins pas livré son habituel discours à la nation.

(Avec AFP)