Togo : Gnassingbé en tête des résultats partiels, guerre de tranchées sur les réseaux sociaux

Les deux principaux candidats à la présidentielle togolaise du 25 avril. © Montage / D.R.

Les résultats de la présidentielle du 25 avril au Togo sont proclamés depuis lundi au compte-gouttes. Le président sortant Faure Gnassingbé est en tête après 18% du dépouillement. Pendant ce temps, on assiste à une véritable bataille de nerfs sur internet entre les partisans des principaux challengers.

Les Togolais savourent les délices et les excès d’une élection présidentielle sur les réseaux sociaux. La campagne officielle qui s’est tenue du 10 au 23 avril a déjà montré l’importance stratégique de Facebook, Twitter et même WhatsApp dans la mobilisation des troupes. Mais les opérations de vote, de dépouillement et de diffusion des premiers résultats révèle la propension des camps adverses à se livrer une véritable bataille psychologique.

Premiers résultats

Le président de la Commission électorale indépendante nationale (Ceni) a annoncé en début de matinée du 27 avril 6 résultats locaux sur 46 au total. Avantage, à 18% du dépouillement – officiel –  pour le président sortant dont les soutiens sont très actifs pour annoncer la victoire.

Dans le camp d’en face, on reste mobilisé pour réclamer la vigilance de l’opposition pour "sécuriser la volonté du peuple", laquelle serait en faveur de Jean-Pierre Fabre. Le message du directeur de campagne de ce dernier qui annonce la victoire de l’opposition est abondamment relayé sur internet.

 

#infos de la soirée #D’aprés le communiqué du directeur de campagne du CAp 2015 , les choses se précisent d’avantage…

Posted by Romain Attisso Koudjodji on dimanche 26 avril 2015

Le ministre de l’Administration, Gilbert Bawara, est monté au créneau pour dénoncer la publication de résultats fantaisistes sur les réseaux sociaux relayés par les médias. "Dans l’esprit de la loi électorale, la Commission électorale (Ceni) reste le seul organe compétent habilité à donner le taux de participation et à proclamer des résultats provisoires", a-t-il précisé.

Image contre image

Même si les observateurs nationaux et internationaux relèvent un scrutin sans incidents majeurs pouvant altérer les résultats, les différents protagonistes sont sur le qui-vive pour dénoncer d’éventuelles situations litigieuses. Ainsi, divers incidents ont été relevés par les activistes pro-opposition pour décrédibiliser les opérations électorales à certains endroits.

En face, on tourne en dérision la "mauvaise foi" de Jean-Pierre, estimant qu’il devrait "reconnaitre sa défaite et appeler Faure Gnassingbé pour le féliciter".

Pendant que les résultats du scrutin se font désirer, sur les réseaux sociaux, le match des principaux candidats est âprement disputé, chaque camp pouvant compter sur un important réseau d’activistes déterminés à faire entendre la cause de son champion.