Côte d’Ivoire : la star du reggae Alpha Blondy se mue en conteur sur sa radio

Par Jeune Afrique

Alpha Blondy : "Ceux qui ne savent pas lire savent au moins écouter." © Sia Kambou/AFP

Chaque soir à la radio, Alpha Blondy fait la lecture d'un livre, qu'il termine en plusieurs jours. Sur sa propre station lancée en mars dernier, le reggaeman ivoirien s'est mué en conteur pour inciter les Ivoiriens à lire.

Né Seydou Koné, le musicien et activiste de 62 ans a lancé "radio livre", un programme de nuit sur les antennes d’Alpha Blondy FM, sa propre station de radio, sur laquelle il se mue en conteur pour ses compatriotes. Engagé de longue date pour le changement social, la star du reggae veut inciter les jeunes à apprendre à aimer les livres.

"Ils cheminèrent en silence deux journées encore. L’alchimiste se montrait beaucoup plus circonspect car il approchaient de la zone des combats les plus violents." Ses petites lunettes rondes posées sur le nez, quelques accords de guitare en fond sonore, la voix chaude d’Alpha Blondy se prête ce soir là à la prose de Paulo Coelho. Mais le best-seller de l’écrivain brésilien est une exception dans la programmation littéraire d’Alpha Blondy, qui privilégie plutôt les classiques africains.

C’est la lecture d’"Allah n’est pas obligé", de l’Ivoirien Ahmadou Kourouma, qui a lancé cette émission de culture populaire, début mars. Puis "Une vie de boy", du Camerounais Ferdinand Oyono a suivi. "L’enfant noir" du Guinéen Camara Laye et "Le monde s’effondre" du Nigérian Chinua Achebe sont déjà pré-enregistrés.

Partage la passion de la lecture

Alpha Blondy est un lecteur insatiable. "J’ai toujours aimé lire. J’étais en CM2 quand j’ai lu ‘La condition’ humaine’ d’André Malraux, je n’avais rien compris mais ça m’avait plu…",  raconte le chanteur qui rêve de partager avec les auditeurs avec sa passion.

"Quelqu’un a dit : ‘Si tu veux cacher quelque chose à un Africain ou à un Noir, mets le dans un livre parce qu’ils n’aiment pas lire’", ironise-t-il. "Ceux qui ne savent pas lire savent au moins écouter. C’est ce but que nous recherchons, inciter les jeunes à lire.", ajoute-t-il.

"Radio livre" dure deux heures. Toutes les 6 à 8 minutes, une chanson – souvent d’Alpha Blondy – interrompt la narration. Une manière de distraire les auditeurs "tout en faisant des érudits".

>> lire aussi Côte d’Ivoire : Abidjan se rêve en capitale africaine du reggae

(Avec AFP)
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici