Politique

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Le président sud-africain, Jacob Zuma, dont le fils Edward a tenu des propos racistes. © Greg Baker/AFP

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la polémique dans un pays où les attaques xénophobes se multiplient.  

Edward Zuma n’a pas mâché ses mots. Le fils du président sud-africain a appelé lundi à l’expulsion des étrangers d’Afrique du Sud. Ces derniers "prennent le contrôle du pays" comme une "bombe à retardement", a-t-il déclaré dans une interview accordée à News 24.  Selon le fils aîné de Jacob Zuma, bon nombre de ces étrangers, d’anciens soldats dans leur pays, portent sur eux des armes sans permis. "Nous ne pouvons écarter la possibilité d’un coup d’État dans le futur. Le gouvernement doit expulser les illégaux", a-t-il affirmé avant de préciser qu’il ne visait pas que les étrangers africains mais aussi les Asiatiques et les Européens.

"Les étrangers doivent quitter le pays"

Des déclarations xénophobes d’Edward Zuma qui visaient à appuyer celles du roi zoulou Goodwill Zwelithinila, la semaine dernière. Le chef traditionnel avait déclaré que "les étrangers doivent quitter le pays". Cette déclaration est actuellement examinée par la Commission sud-africaine des droits humains pour discours haineux, ce qui n’a pas empêché Edward Zuma de les endosser sans réserve.

Le roi des Zoulous, Goodwill Zwelithinila. © Rajesh Jantilal / AFP

Reste que Jacob Zuma devrait être gêné par les déclarations de son fils. En février dernier, le président sud-africain avait expliqué devant le Parlement que "l’Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, Noirs comme Blancs". Il tenait alors à se justifier après sa dernière sortie polémique lors d’un rassemblement de l’ANC (African National Congress) durant lequel il avait soutenu que "tous les problèmes de l’Afrique du Sud" avaient débuté avec l’arrivée des Blancs, il y a 300 ans.

>> Lire : Jacob Zuma aux Blancs sud-africains : "Je n’ai jamais été raciste"

 Les boutiques des étrangers ciblées par des attaques xénophobes

Les déclarations anti-étrangers se multiplient dans un contexte déjà tendu en Afrique du Sud. Depuis quelques mois, des boutiques tenues par des commerçants étrangers sont de plus en plus souvent la cible d’attaques et de pillages, notamment dans la province du Kwazulu-Natal et dans le township de Soweto.

>> Lire : Afrique du Sud : violences xénophobes, que se passe-t-il à Soweto ?

En février dernier, un homme originaire de la République démocratique du Congo a été brûlé vif dans la ville de Durban, ce qui a ravivé l’inquiétude des communautés étrangères. En 2009, des dizaines d’étrangers avaient été tués dans une vague de violence xénophobe comme il y en a régulièrement au pays de la Nation Arc-en-ciel.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte