Côte d’Ivoire : Pascal Affi N’Guessan confirmé président du FPI par la justice

Pascal Affi N'Guessan reprend toutes les manettes du FPI, au grand dam des frondeurs. © Émilie Régnier/J.A.

La justice ivoirienne a tranché, une nouvelle fois, en faveur de Pascal Affi N'Guessan, qui a été confirmé vendredi président du FPI, principal parti d'opposition, au détriment des frondeurs qui avaient tenté d'en prendre le contrôle.

La justice ivoirienne a rendu vendredi 3 avril son jugement sur la grave crise qui oppose Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI) et les frondeurs du parti conduits par Abdou Dramane Sangaré, qui l’avaient démis début mars à l’issue d’une réunion du comité central.

Déjà en décembre dernier, Pascal Affi N’Guessan avait eu recours à la justice pour faire reporter le congrès électif du parti. Et cette fois encore, il a remporté une énième victoire sur le camp des frondeurs. Le tribunal de première instance d’Abidjan a confirmé Affi N’Guessan dans ses fonctions de patron du FPI, interdisant du même coup Abdou Dramane Sangaré et ses affidés d’utiliser le logo et le nom du parti.

Arrestations de frondeurs

Le même jour, alors que se jouait au tribunal de l’issue de la plainte, certains frondeurs conduits par Marie-Odette Lorougnon, la présidente du mouvement des femmes du parti de Laurent Gbagbo, tentaient de prendre le contrôle du siège de Refondation, la société éditrice de Notre Voie, le journal du parti aujourd’hui contrôlé par les proches d’Affi. La police ivoirienne est intervenue et a procédé à l’interpellation de plusieurs personnes, dont Mme Lorougnon.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici