Faire du ski en Afrique ? Oui, c’est possible !

Écrit par Sarah El Makhzoumi

Vue sur les Monts Drakensberg au Lesotho. © jbdodane/Flickr cc

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon.

Si les sports d’hiver ne sont pas les plus célèbres d’Afrique, le secteur commence à se développer, voire contribue à une petite tranche de l’économie des pays où ils se pratiquent. Les toutes premières courses de ski alpin FIS (Fédération internationale de ski) organisées sur le continent africain ont eu lieu au début du mois d’août 2014, à Tiffindell en Afrique du Sud, réunissant une dizaine de nationalités autour de l’évènement. D’Afriski au Lesotho, à Oukaïmden au Maroc en passant par Tikjda en Algérie, il existe au total six stations qui voient de plus en plus de curieux affluer, skis aux pieds, près à dévaler les pistes.

Le Maghreb, peu à peu conscient du potentiel de sa géographie

Du Haut Atlas marocain au Djurdjura algérien, les neiges tombent et abondent entre décembre et mars, donnant naissance à un secteur touristique encore trop peu exploité : le tourisme alpin. Le Maroc est le pays qui a le mieux compris  l’avantage économique qu’il pouvait en tirer. La station Michlifen, située à 60 kilomètres de la ville d’Ifrane, au cœur du Moyen Atlas compte deux télésièges et plusieurs pistes. Pour un panorama avec vue sur la porte du désert (Ouarzazate), préférez la station d’Oukaïmden. Elle a enregistré un record d’affluence en 2015 avec parfois plus de 30 000 visiteurs par week-end. Le manque de structure d’hébergement dans la région freine cependant la croissance du secteur.

Si le royaume chérifien a compris la valeur de ses monts enneigés, l’Algérie n’a pas encore fait du secteur alpin une priorité. L’activité des stations de Tikjda et Chréa, dynamiques durant  la colonisation, reste timide. Quelques chalets et hôtels privés sont construits, mais les infrastructures laissées à l’abandon empêchent toute affluence touristique massive.

Lesotho et Afrique du Sud, deux exceptions de l’Afrique australe

Les hauts sommets des Monts Drakensberg s’étendant sur plus de 1 000 kilomètres ont permis à ces deux pays d’innover dans le secteur alpin. Sur le pic du Ben MacDhui, haut de 3 000 mètres, trône l’unique station d’Afrique du Sud : Tiffindell.  Organisatrice des premières courses internationales de ski alpin en 2014, la station ne lésine pas sur les moyens pour satisfaire sa clientèle. Chalets, télésièges, cafés, bars, … Rien n’est laissé au hasard dans ce secteur qui se veut prometteur.

Les montagnes n’ayant pas de frontières, la station Afriski, au Lesotho, située à 3 222 mètres d’altitude, est elle aussi installée sur les Monts Drakensberg. Pour le loisir ou les compétitions, elle attire chaque année des milliers de visiteurs. Si les chutes de neiges sont d’intensité variable selon les années, la station n’a pas hésité non plus à investir dans des canons à neige afin de satisfaire les amateurs de glisse.
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici