Fermer

La Turquie accentue son offensive en Afrique francophone

Par Jeune Afrique

Le Premier ministre turc avec le président gabonais Ali Bongo Ondimba. DR ©

En visite dans trois pays d'Afrique francophone, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a dit vouloir plus que doubler les échanges de son pays avec l'Afrique d'ici à 2015. Il a également annoncé une intensification de la présence diplomatique de la Turquie sur le continent.

Actuellement au Niger, deuxième étape de sa tournée en Afrique francophone, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan cherche à reserrer les liens économiques de son pays avec le continent. À l’instar de la Chine, de l’Inde et du Brésil, la Turquie a rapidement développé sa présence diplomatique en Afrique au moment où ses entreprises cherchent à diversifier leurs débouchés dans un contexte de ralentissement de leurs marchés d’exportation traditionnels en Europe. Arrivé le 7 janvier à Libreville, M. Erdogan a déclaré que les entreprises turques actives dans les transports, la construction, l’énergie et le tourisme étaient particulièrement désireuses de faire plus d’affaires à travers le continent.

Échanges commerciaux

Il a ajouté que la Turquie avait pour objectif d’atteindre un volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique de 50 milliards de dollars dès 2015. « Nous sommes déterminés à atteindre cet objectif », a-t-il insisté. Le commerce turco-africain s’élevait à 17,7 milliards de dollars sur les 11 premiers mois de 2012 avec une balance commerciale largement favorable à la Turquie. Ses exportations vers le continent se sont établies à 12,2 milliards de dollars durant cette période, soit plus de cinq fois le niveau d’il y a une dizaine d’années.

Ambassades

M. Erdogan, qui doit encore se rendre au Sénégal, a précisé que la Turquie ouvrirait trois nouvelles ambassades en Afrique dans les prochains mois, ce qui porterait le total sur le continent à 34. Signe de cette volonté d’ouverture sur l’Afrique, la compagnie aérienne Turkish Airlines, détenue à 49% par l’État et considérée comme un outil de « soft power », a rapidement étendu son réseau africain au cours des dernières années : elle relie désormais 33 destinations et a ouvert des liaisons vers le Burkina Faso, le Cameroun et le Niger au seul mois de décembre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici