Fermer

Ecobank cotée hors d’Afrique ?

Par Jeune Afrique

Le groupe panafricain envisagerait également de lever des fonds pour faire face aux exigences de capital minimum sur les marchés où il est présent. M. Aveline/JA ©

Lors d'une interview accordée à Bloomberg, Thierry Tanoh, le directeur général d'Ecobank, a évoqué la possibilité d'introduire le groupe bancaire panafricain sur une quatrième Place financière, à l'extérieur du continent.

Ecobank, qui est déjà coté sur trois marchés africains, au Ghana, en Côte d’Ivoire (BRVM) et au Nigeria, envisagerait de s’introduire sur une Place financière en dehors du continent. C’est en tout cas ce que Thierry Tanoh a déclaré lors d’une interview accordée à nos confrères de Bloomberg : « là où il ya des liquidités, et une très forte compréhension de notre marché, a-t-il précisé. Nous avons l’ambition d’être cotés sur la Bourse qui nous offrira la meilleure alternative pour lever des fonds ».

Augmentation de capital

Le groupe panafricain doit renforcer son capital pour faire face aux exigences de capital minimum, en augmentation dans plusieurs pays où le groupe est présent, mais aussi pour couvrir ses besoins d’investissement. La Zambie, notamment, a augmenté ce minimum de 2,5 millions à 100 millions de dollars. Le Kenya, le Ghana et la Gambie ont pris des mesures similaires. Thierry Tanoh a précisé que, « si cela continuait à un rythme aussi soutenu, nous pourrions avoir à lever des ressources additionnelles ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro