Fermer

Orange s’allie au chinois Baidu

Par Jeune Afrique

Moteur de recherche numéro un en Chine, le rôle de Baidu dans la censure de l'internet chinois est de notoriété publique. © AFP

En codéveloppant un navigateur internet avec le moteur de recherche chinois Baidu, l'opérateur français Orange entend améliorer « l'expérience utilisateur » 3G ses clients africains.

France Télécom Orange vient d’annoncer la signature d’un accord exclusif avec le moteur de recherche chinois Baidu pour co-développer un navigateur mobile destiné aux marchés émergents. Développé en arabe, en anglais, et bientôt en français, il sera préinstallé et disponible en téléchargement en 2013 sur les terminaux utilisant le système d’exploitation Android, dans les pays africains où le groupe français est présent. Il est déjà proposé en Égypte. Le navigateur Orange-Baidu offrira selon ses promoteurs une capacité de compression de données accrue et une interface donnant un accès immédiat aux applications web, ainsi qu’à des services comme Wikipedia, Facebook ou encore Twitter.

Lire aussi : 
Start-ups africaines : en attendant la success-story
Marc Rennard : « le potentiel de la téléphonie mobile reste inégalable »

Le mobile pour surfer

L’opérateur français entend ainsi répondre aux attentes de ses clients, de plus en plus nombreux à utiliser leur téléphone pour surfer sur le net, à mesure que l’accès à la 3G (haut débit mobile) se généralise. « Le succès de Baidu provient de sa capacité à développer des technologies, des produits et des services qui sont adaptés à la Chine, le plus grand marché émergent du monde. Nous mettons désormais cette expérience à disposition  d’autres marchés qui connaissent une croissance rapide », souligne dans un communiqué Hu Yong, directeur général de Baidu’s International Business Unit.

Fin 2012, 12% des abonnés Orange utilisent leur mobile pour charger des données. Au Sénégal, 80% des internautes accédaient au réseau mondial depuis leur terminal.

Fondé en 2000 à Pékin, Baidu, qui signifie « centaine de fois » en mandarin, est le moteur de recherche numéro un en Chine, devant Google. Ses relations avec l’État chinois et son rôle dans la censure de l’internet font l’objet de polémiques.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici