Fermer

Sénégal : Ciments du Sahel s’implante au Bénin

Le marché du ciment au Sénégal est en sur-capacité tandis que le reste de l'Afrique en manque. © Marc Deville/JA

La société sénégalaise Ciments du Sahel a investi 250 millions d'euros au Bénin pour une unité d'une capacité de 2,5 millions de tonnes. Ouverture prévue en juin 2013.

La société sénégalaise Ciments du Sahel, après avoir inauguré en 2011 une extension de 1,2 million de tonnes de son usine (portant sa capacité à 3,2 millions de tonnes) pour un investissement de 220 millions d’euros, ouvrira une nouvelle unité au Bénin en juin prochain. D’un coût de 250 millions d’euros, la cimenterie béninoise, d’une capacité de production de 2,5 millions de tonnes, aura pour vocation l’alimentation du marché local, « mais aussi de la sous région, en particulier le Nigeria, précise Michel Layousse, directeur général adjoint de Ciment du Sahel, si nous obtenons leur autorisation. »

Près de 600 personnes devraient être embauchées à terme par Ciments du Sahel pour ce projet. Confrontée à une surcapacité du marché sénégalais, et à l’arrivée annoncée du groupe Dangote, la société cherche augmenter ses exportations depuis le Sénégal (52% de sa production – 2,1 millions de tonnes en 2011 – l’est déjà) et à augmenter ses capacités de production à l’extérieur alors que la demande de ciment en Afrique ne cesse de croître et n’est aujourd’hui pas satisfaite. Ciments du Sahel étudie ainsi d’autres implantations, notamment au Tchad, en Angola, et en Guinée Conakry.

 

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro