Mines

Burkina Faso : la mine de zinc de Perkoa entre en production

Selon le ministre burkinabè des Mines, plus de 900 000 tonnes de zinc seront extraites de ce nouveau gisement. © Blackthorn

La mine de zinc de Perkoa, au Burkina Faso, exploitée par un groupement composé du suisse Glencore, de l'australien Blackthorn Resources et du burkinabè Nantou Mining, est entrée en exploitation.

Le pays d’Afrique de l’Ouest, où l’or est devenu le premier produit d’exportation en remplacement du coton, est désormais également producteur de zinc. La mine de Perkoa, située à 135 km à l’ouest de Ouagadougou et prévue pour avoir une durée de vie de 12 ans, vient d’entrer en exploitation. Selon le ministre burkinabè des Mines, Salif Lamoussa Kaboré, plus de 900 000 tonnes du métal seront extraites de ce nouveau gisement, soit 0,6% de la production mondiale.

Lire aussi :

Burkina Faso : la production d’or a commencé à Bissa
Burkina Faso : la soif de l’or

Une première

Exploitée par les sociétés Glencore (Suisse, 50,1%), Blackthorn Resources (Australie, 39,9%) et Nantou mining (Burkina Faso, 10%), cette mine est une première en Afrique de l’Ouest. Elle a nécessité 250 millions de dollars (environ 102 milliards de FCFA) d’investissement et a été retardée, notamment en raison de la crise financière internationale, combinée à une baisse importante des cours du zinc sur le marché mondial.

Son ouverture porte à huit le nombre de gisements en production au Burkina Faso, parmi lesquels sept exploitent de l’or. La hausse des coûts de production et la morosité des cours sur le marché minier avaient freiné ces dernières années l’exploitation au Burkina. Mais le pays a opéré de vastes réformes pour rendre le secteur plus attractif.

Huit cent permis de recherches ou d’exploitation ont été attribués depuis 2007 à des sociétés minières du Canada, d’Afrique du Sud, des États-Unis, d’Australie, de Russie ou de Grande-Bretagne.

(Avec AFP)

Fermer

Je me connecte