Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient « Timbuktu » en compétition officielle

Par Jeune Afrique

Abderrahmane Sissako à Paris, en décembre 2014. © Vincent Fournier/JA

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinabè de la Culture a annoncé vendredi que le film serait finalement "diffusé" et maintenu en compétition officielle.

Il aura fallu qu’une pluie de critiques s’abatte sur les organisateurs du Fespaco pour que leur décision de déprogrammer le film Timbuktu de la compétition officielle soit remise en cause. À peine l’information du retrait du film d’Abderrahmane Sissako avait-elle été annoncée par Jeune Afrique, le 25 février, que le tollé médiatique faisait vaciller la détermination d’Ardiouma Soma, délégué général du Festival, qui avait choisi dans les heures suivantes de ne pas publier le communiqué officiel de sa décision, pourtant fin prêt selon les dires de son chargé de communication, Gervais Hien.

Il s’agit donc bien d’un rétropédalage en règle, après 48 heures pendant lesquelles le Fespaco avait systématiquement refusé de démentir l’information de Jeune Afrique : on comprend le désarroi des organisateurs, puisque la star annoncée du festival, Abderrahmane Sissako, avait fait part de sa colère et annoncé sa décision de ne pas faire le déplacement à Ouagadougou si son film n’était pas projeté.

>> Lire aussi : le Fespaco à l’ère du numérique

"Mesures sécuritaires"

"Le gouvernement du Burkina Faso a décidé de la diffusion de Timbuktu", a simplement déclaré Jean-Claude Dioma, ministre burkinabè de la Culture, lors d’une conférence de presse, vendredi 27 février. "Mais pour accompagner cela, des mesures sécuritaires renforcées vont être prises", a-t-il poursuivi, faisant état de "risques" que les autorités avaient d’abord dû évaluer avant de trancher sur la projection du film. De son côté, contacté par Jeune Afrique, Gervais Hien confirme : "Le film sera bien projeté en compétition officielle", le 5 mars comme initialement prévu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici