Fermer

Rwanda – France : Kagamé, en visite éclair à Paris, s’entretient avec Sarkozy

Paul Kagamé (centre) en compagnie de la directrice de l'Unesco (g.). © Vincent Fournier / J.A.

Paul Kagamé a effectué une visite au siège parisien de l’Unesco, le vendredi 27 février. Aucune rencontre avec des responsables du gouvernement français n’était au programme, mais le président rwandais s'est tout de même entretenu avec l'ancien président français Nicolas Sarkozy.

C’était le seul évènement inscrit au programme officiel. Arrivé en France ce vendredi 27 février au matin, le président rwandais s’est rendu au siège de l’Unesco, où il a passé la majeure partie de la journée, avant de quitter l’institution vers 16h15.

Cette première visite de Paul Kagamé à Paris depuis 2011 s’est donc déroulé sans aucune rencontre avec des responsables du gouvernement français. Le compte Twitter de la présidence rwandaise a cependant précisé qu’en fin de journée, le chef de l’Etat avait eu un entretien avec le prédecesseur de François Hollande à l’Elysée et chef de file de l’opposition française, Nicolas Sarkozy, avant de reprendre l’avion.

Depuis la nouvelle brouille d’avril 2014, les relations entre Paris et Kigali sont au point mort. À l’époque, Paris avait annulé l’envoi d’une délégation ministérielle qui devait prendre part aux vingtièmes commémoration du génocide de 1994, à Kigali. La France entendait ainsi réagir aux accusations renouvelées de Paul Kagamé dans Jeune Afrique, selon qui Paris a participé à la "planification" et à l’"exécution" du génocide des Tutsis.

Imposant dispositif de sécurité

L’objet de sa venue à l’Unesco était de prendre part à une réunion de la "Commission du haut débit pour le développement digital" qu’il co-préside aux côtés du magnat mexicain des télécommunications Carlos Slim, de la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, et de Houlin Zhao, le vice-secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications. Le Rwanda a fait des nouvelles technologies un axe clé de sa stratégie de développement. Ce pays enclavé au coeur de l’Afrique centrale s’enorgueillit notamment d’avoir lancé un réseau internet mobile de quatrième génération (4G) l’année dernière.

Pendant la réunion, deux manifestations – une favorable, l’autre hostile au président rwandais – réunissant chacune quelques dizaines de personnes, étaient organisées aux abords du siège de l’Unesco, à quelques centaines de metres l’une de l’autre. L’organisation "Diaspora rwandaise de Belgique" s’était notamment organisée pour affréter trois bus d’une cinquantaine de personne de Bruxelles, en coordination avec l’ambassade du Rwanda en France.

Pour éviter tout débordement, un imposant dispositif de sécurité était visible aux abords du siège de l’Unesco pendant toute la réunion. En fin de journée, la police procédait à des contrôles d’identité à l’encontre de manifestants. Le président rwandais venait de quitter le quartier escorté par ses propres agents de sécurité ainsi que des motards de la police française.

_________

Pierre Boisselet

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro