Ebola : le vice-président sierra-léonais se met volontairement en quarantaine

Par Jeune Afrique

Les chercheurs n'ont pas encore réussi à vaincre le virus Ebola. © Christophe Lepetit / AFP

Le vice-président sierra-léonais, Samuel Sam-Sumana, a décidé de se mettre volontairement en quarantaine pendant 21 jours après le décès de l'un de ses gardes du corps atteint par le virus Ebola.

Le vice-président sierra-léonais Samuel Sam-Sumana, dont le pays est confronté à une résurgence des cas d’Ebola, a annoncé samedi 28 février avoir décidé de se placer volontairement en quarantaine pendant 21 jours en attendant les résultats des tests des autorités sanitaires de son pays. Une décision qui fait suite au décès de l’un de ses gardes du corps, atteint par le virus, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Abdulai Bayraytay.

"Le gouvernement a constaté avec une grande inquiétude que la baisse du nombre de cas confirmés d’Ebola a récemment été interrompue par des foyers de nouveaux cas à travers le pays, le dénominateur commun de ces derniers étant leur implication dans des activités maritimes", a indiqué un communiqué publié samedi par la présidence.

>> Lire aussi : Lutte contre Ebola : un médicament japonais semble prometteur

"Aucun bateau ne pourra prendre la mer ni accoster en Sierra Leone"

Réagissant en conséquence, le président sierra-léonais, Ernest Bai Koroma, a pris une série de mesures préventives. "Aucun bateau ne pourra désormais prendre la mer ni accoster où que ce soit dans le pays entre 18H00 et 07H00", assure ainsi la présidence, précisant que la marine militaire a reçu instruction de faire respecter cette mesure.

En outre, le chef de l’État sierra-léonais a décrété "qu’aucun véhicule commercial ne déchargerait des marchandises dans aucun marché de la région Ouest (comprenant la capitale, Freetown, NDLR) entre 17H00 et 05H00" locales et GMT, selon le même texte.

Placements en quarantaine de 700 foyers

Les autorités avaient déjà annoncé il y a deux semaines le placement en quarantaine pour 21 jours de 700 foyers dans la zone d’Aberdeen, un secteur de pêche et de tourisme à Freetown, après le décès d’un pêcheur atteint d’Ebola et la détection d’au moins 20 malades.

Abdulai  Bayraytay a également indiqué cette semaine que vingt maisons avaient été placées en quarantaine dans un village de la province de Bombali, dans le Nord, après la mort d’un malade d’Ebola venu d’Aberdeen.

"Une trentaine d’habitants auraient lavé le corps avant d’appeler l’équipe locale d’enterrement", a ainsi souligné le porte-parole. Le président Koroma a par ailleurs annoncé le rétablissement des limites au nombre de passagers de taxis, motos, voitures, ou camions, selon le même communiqué. Il avait en effet levé le 23 janvier toutes les mesures de quarantaine et restrictions de mouvement au niveau provincial ou local, afin de "soutenir l’activité économique".

(Avec AFP)
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici