Égypte : les législatives reportées après une décision de justice

Par AFP

La Cour constitutionnelle le 1er mars. © AFP

Les élections législatives, prévues entre le 21 mars et le 7 mai en Égypte, vont être reportées après que la justice a considéré anticonstitutionnelle la loi les organisant, a annoncé dimanche la commission électorale, sans préciser quand elles se tiendraient.

La Cour constitutionnelle a rejeté dimanche des dispositions de cette loi, concernant le découpage des circonscriptions électorales. Le président Abdel Fattah al-Sissi a alors aussitôt ordonné que le texte qu’il avait ratifié en décembre soit réécrit d’ici un mois et que toutes les "mesures légales soient prises pour éviter le report" des législatives, selon un communiqué de son bureau.

"Il est certain que les élections n’auront pas lieu le 21 mars", a cependant reconnu le porte-parole de la commission électorale, Omar Marwan. Les dispositions jugées anticonstitutionnelles vont être revues et "il y aura un nouveau calendrier pour les procédures" des élections, a précisé la commission dans un communiqué.

M. Marwan n’était pas en mesure de dire sous quel délai le scrutin serait organisé.
Sur la base de l’arrêt de la Cour constitutionnelle, le tribunal administratif doit encore annoncer formellement le report des législatives, les premières sous la présidence de M. Sissi.

"L’élection va être repoussée et le processus va devoir être repris depuis le début", a déclaré un juriste interrogé par l’AFP, Mohamed Abdel Wahhab.

Boycott

Après avoir évincé le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, M. Sissi, alors chef de l’armée, avait annoncé une feuille de route prévoyant l’adoption d’une nouvelle Constitution, suivie par des élections présidentielle et législatives.

La Constitution a été adoptée en janvier 2014. Et la présidentielle organisée en mai 2014 a vu M. Sissi devenir chef de l’Etat avec 97% des voix, après que les autorités eurent éliminé toute opposition, religieuse comme laïque.

Sur les 567 députés au Parlement, 540 doivent être élus en plusieurs étapes, à un scrutin très complexe, mixte –uninominal et de liste– au suffrage universel et par provinces, tandis que les 27 restants seront nommés par le président.

Pour des experts, le scrutin risque d’être dominé par des partisans de M. Sissi, en raison de la sanglante répression orchestrée par les autorités contre les Frères musulmans, la confrérie islamiste dont est issu M. Morsi. Celle-ci avait remporté toutes les élections organisées entre 2011 et 2013 mais a été classée mouvement "terroriste" par les autorités et ses dirigeants sont derrière les barreaux ou en exil.

Le parti libéral égyptien Al-Dostour fondé par le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei a annoncé début février son intention de boycotter les législatives, dénonçant notamment des violations des droits de l’Homme dans le pays.

De son côté, M. Sissi a besoin de ce scrutin pour assoir sa position face à ses alliés occidentaux qui avaient condamné la façon dont il avait évincé M. Morsi — le premier président librement élu en Egypte.

Dans les mois qui ont suivi l’éviction de M. Morsi, les forces de sécurité ont tué plus de 1.400 manifestants islamistes et emprisonné plus de 15.000 sympathisants. Des centaines ont en outre été condamnés à mort dans des procès de masse parfois expéditifs.

Le précédent Parlement, dominé par les islamistes, avait été dissous en 2012 lorsque la même Cour constitutionnelle avait estimé que certaines dispositions de la loi électorale violaient la Constitution.
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici