Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk a travaillé pour des ONG internationales. © Ons Abid pour J.A.

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.

Revenu en Tunisie à la faveur de la révolution, Mohsen Marzouk, 50 ans, nouveau conseiller spécial du chef de l’État, a intégré tardivement la galaxie BCE. Mais il a su s’y rendre indispensable. Il est à la fois celui dont le parcours est le plus atypique et la fibre politique la plus affirmée. Il est entré en militantisme comme d’autres entrent en religion et a commencé dans le sillage de la gauche estudiantine, aux côtés de feu Chokri Belaïd, à la fin des années 1980, avant d’opérer un virage pragmatique et d’effectuer un détour par les ONG internationales.

Tribun hors pair et excellent communicateur, il a participé à l’aventure Nidaa dès l’origine. Lieutenant dévoué et jalousé, il a joué la carte de la loyauté sans faille. Plutôt que de revendiquer une tête de liste aux législatives, il est allé au charbon en prenant la direction de la campagne présidentielle de Béji Caïd Essebsi. Sa nomination à Carthage en qualité de ministre conseiller en charge des affaires politiques était dans l’ordre des choses.

Le rôle d’éminence grise lui va comme un gant, et il pourra également mettre à profit son entregent à l’international.