Maroc : report de la vente aux enchères des actions de la SNEP

Le titre SNEP reste suspendu de la Bourse de Casablanca. © AFP

Prévue le 25 février, la vente aux enchères des parts de Ynna Holding dans le pétrochimiste marocain SNEP, cotée à Casablanca, a été reportée suite à une requête du gendarme boursier.

Prévue ce mercredi 25 février, la vente aux enchères des actions de la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP) détenues par Ynna Holding (65 %) n’a finalement pas eu lieu. Le président du tribunal de commerce de Casablanca a en effet décidé ce matin de reporter à une date ultérieure la séance qui devait se tenir dans les locaux de la Bourse de Casablanca. Et ce sur demande du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM), le régulateur boursier.

« Nous avons demandé le report de la séance pour protéger les intérêts des petits porteurs », indique une source autorisée au sein du CDVM. « Il s’agit d’un simple report, mais nullement d’une annulation de la décision d’exécution de la vente aux enchères », précise toutefois notre source.

Origines

Victime collatérale d’une affaire qui oppose le groupe de Miloud Chaabi à la société française Fives FCB, la SNEP reste suspendue de la cote, tant que les choses ne sont pas entrées dans l’ordre.

À l’origine de cette affaire, un différend commercial entre Ynna Asment (filiale ciment du groupe Chaabi) et la firme française. En 2007, cette dernière devait construire pour le compte du groupe Chaabi une unité de production de ciment au Maroc. Un projet qui a été abandonné en 2009 par le groupe, alors que plusieurs travaux ont été déjà lancés par le constructeur français.

Se sentant lésé, et devant le refus du groupe Chaabi de s’acquitter des « sommes dues », Fives FCB recourt d’abord à une juridiction suisse puis marocaine et obtient finalement gain de cause. La somme en jeu est énorme : près de 280 millions de dirhams, soit quelque 20 millions d’euros.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici