Fermer

Afrique du Sud : Ethos lève 800 millions de dollars

Par Jeune Afrique

La société d'investissement Ethos, basée à Johannesburg, a dépassé son objectif de levée de 750 millions de dollars. DR ©

La société de gestion sud-africaine Ethos Private Equity a levé 800 millions de dollars pour son dernier fonds destiné aux moyennes et grandes entreprises en Afrique du Sud et en Afrique subsaharienne.

La société d’investissement sud-africaine Ethos Private Equity a révélé mercredi 23 janvier que son fonds Ethos Fund VI avait levé 800 millions de dollars, dépassant ainsi ses objectifs de collecte de 750 millions de dollars en dépit des conditions difficiles sur les marchés financiers internationaux. Cité dans un communiqué, Andre Roux, dirigeant d’Ethos, estime que, malgré ce contexte défavorable, les investisseurs ont identifié l’Afrique du Sud comme une zone propice aux investissements : « Alors qu’ils sont à la recherche de poches de croissance en dehors des marchés développés, ils privilégient l’Afrique du Sud, notamment en raison de sa proximité avec l’Afrique subsaharienne ».

Base élargie

Andre Roux précise que la base des investisseurs s’est élargie par rapport aux précédentes levées de fonds menées par Ethos et s’étend désormais sur quatre continents. Elle inclut également plus de fonds souverains, de fonds de fonds et de fonds de pension qu’auparavant. La stratégie d’investissement du Fonds VI mettra l’accent sur l’investissement aux côtés d’autres équipes de management expérimentées et ciblera moyennes et grandes entreprises.

Le fonds a déjà investi dans deux entités, Waco International et Kevro, et d’après la société, « le pipeline d’investissement potentiel se porte bien ». Ethos Fund VI se déploira majoritairement en Afrique du Sud. Mais il visera aussi de façon sélective des entreprises opérant dans le reste de l’Afrique subsaharienne. Jusqu’à présent, le financier n’y a pas toujours été très heureux : en consortium, il avait investi en 2007 130 millions de dollars dans Oceanic Bank, un établissement sauvé par la suite de la faillite par la Banque centrale du Nigeria et depuis racheté par Ecobank…

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro