Fermer

Côte d’Ivoire : un pétrolier disparaît

Par Jeune Afrique

C'est le deuxième acte de piraterie au large de la Côte d'Ivoire en 2012. © AFP

Quinze jours après l'enlèvement d'un pétrolier au large d'Abidjan, le Bureau maritime international rapporte un nouvel acte de piraterie en Côte d'Ivoire : un tanker a disparu, avec une vingtaine de membres d'équipage à son bord.

 
Mise à jour du 04/02/2013 à 18h28 : identité du propriétaire du bateau et détail sur le tanker.
 
Le Bureau maritime international (BMI) a rapporté ce matin (4 février) la disparition d’un tanker au large de la Côte d’Ivoire. Le navire, qui transporte entre 17 et 19 membres d’équipage selon les sources, n’a plus donné signe de vie depuis dimanche (3 février) et le BMI soupçonne que le pétrolier ait été enlevé par des pirates. En fin de journée, l’identité du propriétaire du tanker, baptisé M/T Gascogne et battant pavillon luxembourgeois, était connue : il s’agit du français Sea-Tankers, filiale du belge Sea-Invest et acteur important dans le transport de produits pétroliers.

Multiplication des actes

Les actes de piraterie se multiplient dans le Golfe de Guinée, où 58 incidents ont été enregistrés en 2012. « La piraterie dans cette zone est particulièrement violente, l’utilisation d’armes à feu ayant été rapportée dans 37 attaques », soulignait récemment le BMI. La Côte d’Ivoire a connu en 2012 5 actes de piraterie contre 1 en 2011. Le 16 janvier dernier, un pétrolier (l’ITRI) avait été capturé au large d’Abidjan. La cargaison (5 millions de dollars de pétrole) avait été prise par les pirates, qui ont libéré ensuite les 16 membres d’équipage.

Face à la recrudescence d’attaques, les 25 chefs d’État de l’Afrique de l’Ouest et du centre ont décidé le 23 janvier de se réunir en avril prochain à Yaoundé pour trouver des solutions.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici