Fermer

Maroc : Raymond Farhat, fidèle au poste

Raymond Farhat, ex-DG de Colina, est âgé de 56 ans. © Colina Paris/AGP

Après avoir dirigé l'assureur ouest-africain Colina pendant plus de vingt ans, le Franco-Libanais Raymond Farhat a pour mission de faire de son repreneur marocain, Saham Finances, un véritable groupe panafricain.

Raymond Farhat peut être satisfait d’avoir fait entrer Saham Finances au Kenya, principal marché de l’assurance en Afrique de l’Est, en y acquérant fin 2012 Mercantile Insurance. Mais le directeur général du groupe marocain n’est pas homme à se réjouir trop vite. « Après l’Angola et le Kenya, notre regard est maintenant tourné vers les autres marchés à potentiel, comme le Nigeria où nous étudions actuellement plusieurs cibles, mais aussi vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, souligne le Franco-Libanais. L’objectif est de faire du groupe un véritable acteur panafricain dans l’assurance et les métiers connexes. »

Profil :

– Franco-libanais
– 56 ans
– Ex-DG de Colina

Il y a deux ans, lorsque Saham Finances rachetait le groupe d’assurance ouest-africain Colina, qui aurait dit que Raymond Farhat serait encore aux manettes aujourd’hui ? Pourtant, celui qui fut durant deux décennies directeur général de Colina a fait mieux encore. Propulsé à la tête de Saham Finances, le sous-holding créé pour chapeauter l’ensemble des activités d’assurance et d’assistance du groupe Saham, il supervise aujourd’hui les activités de Colina dans quatorze pays subsahariens, de CNIA Saada au Maroc et de LIA Insurance, acquis en 2012, au Liban. Soit un ensemble d’environ 1 500 collaborateurs dans seize pays et un chiffre d’affaires 2011 de 435,5 millions d’euros… Le tout sous la houlette de trois actionnaires de renom : Moulay Hafid Elalamy, majoritaire au tour de table, la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) et le capital-investisseur émirati Abraaj Capital.

Diplômé en sciences économiques, Raymond Farhat est entré dans le monde des assurances au début des années 1980. Après une première expérience comme auditeur chez Ernst & Young, il est recruté par Libano-Suisse Insurance Company, numéro un au Liban, comme auditeur interne. Puis, en 1990, il est choisi par Michel Pharaon, homme politique libanais et actionnaire du groupe, pour diriger une compagnie tout juste acquise : Colina. Vingt-trois ans plus tard, Raymond Farhat est resté fidèle au poste. C’est même lui qui, en 2010, a introduit Moulay Hafid Elalamy auprès de Michel Pharaon.

Après l’Angola et le Kenya, notre regard se tourne vers le Nigeria.

Transferts

Un pari qu’il ne regrette pas. « Comme nous l’avions anticipé, le savoir-faire est partagé entre Colina et Saham. Plusieurs cadres de Colina ont d’ailleurs été intégrés dans Saham Finances », explique-t-il. Même si l’organigramme est encore mouvant, deux de ses plus proches collaborateurs, Raoul Moloko (directeur assurance-vie) et Didier Buon (directeur santé), ont déjà été promus à des postes centraux chez Saham Finances, tandis que Lamiae Homman-Ludiye, ex-directrice juridique de Colina, occupe désormais le même poste au sein du sous-holding.

Récemment, le contrat passé entre Saham Finances et le français Cegedim pour le développement de l’assurance santé et de la tiers-gérance (administration de l’assurance santé pour un tiers) en Afrique et au Moyen-Orient a été l’occasion de souligner les transferts d’expertise au sein du groupe. « Les Marocains ont un savoir-faire en matière d’assistance, et nous le dupliquons au sud du Sahara, notamment dans l’assistance automobile, souligne Raymond Farhat. Et Colina avait mis en place au début des années 2000 un système de tiers-gérance dans la santé qui nous sert aujourd’hui de modèle, notamment au Maroc. » Une preuve des effets bénéfiques que peuvent avoir les alliances Sud-Sud.

Lire aussi :

Saham s’offre un assureur libanais
Maroc : Saham s’implante au Kenya
Saham reprend Colina et part à la conquête du Sud

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro