Fermer

Maroc : Majid Iraqi, monsieur Mégawatts

Après un début de carrière aux États-Unis, il est revenu travailler dans son pays natal en 2002. DR ©

Directeur général de l'émirati Taqa en Afrique du Nord, Majid Iraqui est à la tête de la centrale thermique de Jorf Lasfar, au Maroc.

Le 29 janvier, Abu Dhabi National Energy Company, le géant émirati plus connu sous le nom de Taqa, a annoncé l’accord définitif avec plusieurs banques pour le déblocage des 1 milliard d’euros (11,5 milliards de dirhams) nécessaires au projet d’extension de la centrale thermique de Jorf Lasfar, la plus grande de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Golf

« L’agrandissement de Jorf Lasfar va accroître la capacité électrique au Maroc de plus de 10 %, favoriser la création d’emplois et la croissance de l’économie. Le projet d’extension se déroule selon les délais et les budgets prévus grâce au soutien du gouvernement marocain et de l’Office national de l’électricité et de l’eau », se réjouit Majid Iraqui.

Lire aussi :

Maroc : Jorf Lasfar, acte II
Maroc : Jorf Lasfar capte la lumière

Cumulant les fonctions de directeur général de Taqa en Afrique du Nord et de président du directoire de Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) depuis 2009, ce Marocain de 37 ans, grand amateur de golf, connaît bien la société. Entre 2002 et 2006, il a occupé successivement les postes de chargé du développement et de directeur financier au sein de la filiale marocaine du groupe américain CMS Energy, ancien actionnaire à 50 % de JLEC avant son rachat par Taqa en mai 2007 (le groupe émirati détient depuis 100 % du capital).

Maintenu par les Qataris et promu, dans la foulée, au conseil d’administration et à la direction générale de JLEC, Majid Iraqui a depuis refondu la politique des ressources humaines et l’organisation de la compagnie, qui emploie 350 personnes.

L’extension de la centrale va accroître la capacité électrique du royaume de plus de 10%.

Retour

Avant de revenir travailler dans son pays natal, ce diplômé d’un bachelor en finances (université du Michigan de l’Est) et d’un MBA en business international (université du Michigan) a débuté en 1998, aux États-Unis, comme analyste financier chez un courtier en assurances. Il a intégré CMS Energy l’année suivante en tant qu’analyste junior pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Pour 2013, Majid Iraqui a à coeur de finaliser les unités de production numéros cinq et six de Jorf Lasfar, qui doivent être respectivement opérationnelles en décembre 2013 et en avril 2014. Au total, la capacité de production électrique de la centrale atteindra 2 056 mégawatts, soit plus de la moitié de la demande d’énergie du royaume chérifien… 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro