Garga Haman prêt pour un ministère

Écrit par François

Garga Haman Adji sera-t-il membre du prochain gouvernement camerounais ? Dans la perspective du remaniement ministériel attendu à Yaoundé, cet opposant serait disposé à revenir au bercail. Arrivé quatrième (3,73 % des voix) à la dernière présidentielle grâce à un bon score dans l’extrême Nord, notamment à Maroua, où il a talonné Paul Biya, l’ancien ministre de la Fonction publique (1990-1992) est poussé à cette démarche par les cadres et les militants de l’Alliance pour la démocratie et le développement, qui lui demandent d’être « réaliste ». Et pour cause, leur parti a besoin de moyens, notamment financiers, pour se structurer et consolider sa base. Des arguments auxquels l’ancien « chasseur de baleines » – en référence à la lutte contre la corruption qu’il engagea dans l’administration – n’est pas insensible. Au palais d’Etoudi, siège de la présidence camerounaise, on observe cette manoeuvre sans grand intérêt, l’électorat musulman du Grand Nord étant bien tenu par le parti présidentiel, le RDPC, et l’UNDP de Bello Bouba Maigari, allié à Paul Biya. Un tel ralliement pourrait néanmoins marquer symboliquement la « large ouverture » annoncée par le chef de l’État, lequel avait pris comme un affront la démission de son ministre en 1992.