Fermer

Nayel Vidal s’investit pour la Tunisie

Par Jeune Afrique

Il veut apporter sa contribution au ©

Malgré les aléas politiques, Nayel Vidal, directeur d'Emerging Capital Partners pour l'Afrique du Nord, finalise un fonds dévolu aux PME du pays.

« S’il y a un moment pour investir en Tunisie, c’est maintenant », explique Nayel Vidal. Directeur pour l’Afrique du Nord du capital-investisseur panafricain Emerging Capital Partners (ECP), il entend ne pas se laisser démonter par l’actualité politique tendue. Preuve de son optimisme, il est en train de finaliser, en partenariat avec la société de gestion et d’intermédiation boursière Mac SA, la structuration du Jasmin Fund, un fonds dévolu aux PME tunisiennes avec lequel il espère lever 50 millions d’euros.

Né en France, Nayel Vidal a grandi en Côte d’Ivoire avant de partir effectuer ses études de commerce à Paris. À peine diplômé de l’Institut supérieur de gestion (ISG), il retourne dans son pays d’adoption en tant que coopérant pour la Compagnie ivoirienne d’électricité. C’est là qu’il croise la route de Vincent Le Guennou, son futur patron chez ECP. Si les deux hommes se lient d’amitié, ils ne travailleront pas immédiatement ensemble, car Nayel Vidal rejoint le bureau parisien d’Arthur Andersen (devenu Ernst & Young en 2002), d’abord en tant qu’auditeur puis en tant que conseiller en transactions. Durant huit ans, il « passe [s]a vie dans les avions » pour conseiller les grands clients de son cabinet sur leurs acquisitions, notamment Carrefour, Pernod Ricard ou Apax Partners.

50 millions d’euros, c’est la somme qu’il espère lever avec le Jasmin Fund

Lecteur avide

À 32 ans, Nayel Vidal décide de se réorienter : « J’étais passionné, mais je voulais me rapprocher de l’action. » Alors qu’il entame cette réflexion, il croise à nouveau la route de Vincent Le Guennou, qui lui propose de l’embaucher chez ECP. Un mois plus tard, il cogère le Moroccan Infrastructure Fund, basé à Casablanca. Un poste qu’il occupera presque un an durant, avant de rejoindre en 2009 le bureau de Tunis, d’où il gère les activités de la société en Afrique du Nord depuis 2010.

Lire aussi :

Tunisie : MAC SA s’allie avec ECP pour financer les PME

Âgé de bientôt 38 ans et lecteur avide, Nayel Vidal entend continuer à mener sa vie selon la philosophie de Léon l’Africain, diplomate-explorateur musulman du XVIe siècle, qui inspira un roman à Amin Maalouf : « La vie est comme une longue journée tout au long de laquelle il faut savoir accueillir les gens, les opportunités ; et elle vous le rend bien », confie-t-il. Avec le Jasmin Fund, il aspire à répondre aux besoins d’investissement des PME tunisiennes. « Une manière de donner du sens à ma vie, car je crois pouvoir apporter ma contribution au combat pour le progrès économique et social de l’Afrique. »

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro