Fermer

Cameroun : Yerim Sow prend pied à Douala

Le milliardaire sénégalais Yerim Sow apportera 9 milliards de F CFA. © Doucouré/Apanews

Le milliardaire sénégalais s'associe à un homme d'affaires local pour bâtir un hôtel de classe internationale dans la capitale économique du Cameroun. D'un coût de 15 milliards de francs CFA (22,9 millions d'euros), le projet s'inscrit dans une stratégie plus large visant à construire onze établissements à travers l'Afrique.

« L’appel d’offres en vue de l’attribution du marché de construction d’un hôtel de classe internationale à Douala sera lancé dans deux mois », assure Lionel Fofé, l’un des promoteurs du projet. Sur le site de 10 400 m2, à proximité du centre administratif de Bonanjo, près de l’archidiocèse de la capitale économique du Cameroun, étude du sol et relevés topographiques sont en cours.

Ami de 20 ans

Patron de la société civile immobilière Faris, qui détient 40% des parts, Lionel Fofé va poser 6 milliards de F CFA (plus de 9 millions d’euros) sur la table. L’homme d’affaires camerounais s’est associé à son « ami de 20 ans », le milliardaire sénégalais Habib Yerim Sow, fondateur de Teylium Group, qui apportera le reliquat de 9 milliards (plus de 13 millions d’euros). Pour gérer le projet, ils ont créé Chain Hôtel Cameroun, filiale du holding Chain Hotels & Resorts basé en Espagne, l’une des branches de Teylium.

Noon

L’établissement, d’une capacité de 180 chambres, entrera en service en 2015 et emploiera 250 personnes environ.
La construction de cet hôtel fait partie d’une offensive continentale lancée par Habib Yerim Sow. « Notre projet s’inscrit dans une dynamique de Chain Hotels qui ambitionne dès cette année de construire onze hôtels en Afrique qui fonctionneront sous l’appellation Noon », précise Lionel Fofé.

Outre Douala, les villes de Brazzaville, Pointe-Noire, Kinshasa, Abidjan, Conakry, Accra, Cotonou et Freetown figurent parmi les élues.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro