Fermer

Mali : la production d’or a augmenté en 2012

Par Jeune Afrique

La mine de Loulo, opérée par Randgold. © Randgold

Le gouvernement malien a déclaré jeudi 28 février que la production d'or avait augmenté de 15% en 2012, passant de 43 à 50 tonnes, ce malgré la guerre et la gravité de la crise politique.

Malgré la décision récente du minier AngloGold Ashanti de mettre en pause son plan d’expansion de 500 millions de dollars de la mine de Sadiola, le secteur aurifère confirme sa bonne résistance à la crise pour 2012. « La production en 2012 a dépassé nos attentes. La production industrielle a atteint 46 tonnes d’or tandis que la production artisanale a atteint 4 tonnes, pour un total de 50 tonnes contre 43 en 2011 », a déclaré à Reuters Djibouroula Togola, conseiller technique en charge de la production au ministère des mines malien. « En 2013, nous prévoyons une production industrielle de 53 tonnes, et une production artisanale de 4 tonnes, soit 57 tonnes d’or » a-t-il ajouté.

Lire aussi :

Mali : coup d’arrêt pour la mine d’or de Sadiola
Mali : une guerre, et ça repart

Concessions dans le sud

Cette hausse intervient alors que le pays – 3ème producteur d’or africain, derrière l’Afrique du Sud et le Ghana – a connu un coup d’État en mars et que les forces maliennes, françaises et sous-régionales combattent les islamistes dans le nord du pays. Mais, la production d’or étant concentrée dans le sud – à Loulo, Sadiola ou Morila – les compagnies ayant des concessions minières au Mali – parmi lesquelles le canadien Avion Gold et le sud-africain AngloGold Ashanti – n’avaient cessé de minimiser l’impact de la crise sur la production et le transport.

Enfin, les troubles auraient aussi épargné le secteur cotonnier, second pilier de l’économie.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro