Fermer

MTN : bientôt 200 millions d’abonnés

Par Jeune Afrique

En matière d'investissements, le groupe a accéléré le déploiement de ses réseaux avec l'implantation de 7 168 tours télécoms en 2012. © Siphiwe Sibeko/Reuters

Conformément aux attentes, l'opérateur sud-africain poursuit sa croissance. En dépit de difficultés sur le marché nigérian, le groupe voit ses revenus 2012 augmenter de près de 11% pour s'établir à 12 milliards d'euros. Il envisage aussi de s'implanter au Myanmar.

Mis à jour le 07/03/2013 à 10h GMT : encadré sur le Myanmar – Le 6 mars, le groupe sud-africain MTN, premier opérateur du continent, a publié ses résultats pour l’année 2012. Au cours du dernier exercice, sa base de clients a augmenté de 15,1% pour atteindre 189,3 millions d’utilisateurs. Une bonne performance au regard des évolutions réglementaires dans plusieurs pays d’Afrique rendant obligatoire l’identification des abonnés et contraignant les opérateurs à désactiver les clients ne remplissant pas cette condition. MTN prévoit d’ailleurs de franchir le seuil symbolique des 200 millions d’utilisateurs mi-2013.

Lire aussi :

Les sud-africains partent à l’assaut du continent
Rapport : 600 millions d’abonnés mobiles en Afrique en 2016

Les revenus de l’opérateur ont connu une hausse de 10,9% pour s’établir à 12 milliards d’euros. Une progression limitée par la chute du cours des devises iranienne, syrienne et soudanaise, mais aussi par la contre-performance du Nigeria, dont le chiffre d’affaires a reculé de 0,8% dans le sillage d’une baisse importante des tarifs sous l’effet de la concurrence. Toutefois, MTN indique que le dernier trimestre est encourageant et que la croissance devrait se poursuivre en 2013.

En conséquence, l’Ebitda – indicateur proche de l’excédent brut d’exploitation – augmente de 8,2% pour atteindre 5,2 milliards d’euros. La marge d’Ebidta exprimée en pourcentage du chiffre d’affaires est stable à 42,9%. Bien qu’en baisse, le Nigeria offre toujours une marge exceptionnelle de 58%. À titre indicatif, elle est respectivement de 40,3% et de 45,9% en Côte d’Ivoire et au Cameroun.

Le Myanmar dans le viseur

En marge de la présentation des résultats de MTN, Sifiso Dabengwa, PDG de l’opérateur, a confirmé l’intérêt de son groupe pour les prochaines licences qui devraient être mises aux enchères au Myanmar. Le pays compte 60 millions d’habitants et le taux de pénétration du mobile n’est que de 5%. Selon Reuters, le montant du précieux sésame pourrait être compris entre 200 et 500 millions de dollars.

En Afrique, le marché éthiopien (84 millions d’habitants et environ 25% de pénétration) fait aussi partie des cibles prioritaires. Mais les autorités du pays n’ont pas encore annoncé leurs intentions.

Investissements

En matière d’investissements, le groupe a accéléré le déploiement de ses réseaux avec l’implantation de 7 168 tours télécoms en 2012 contre 4 126 lors de l’exercice précédent. Considérant l’amélioration de ses infrastructures comme un facteur clé de sa future croissance, MTN explique avoir anticipé certaines dépenses initialement planifiées pour l’année 2013. Au total l’effort consenti par MTN a augmenté de près de 70% pour s’élever à 2,7 milliards d’euros.

Signe de la baisse continue des prix, les revenus issus des communications classiques n’augmentent que de 4% alors que leur volume bondit de 24.6%. Une perte de rentabilité compensée par la percée des échanges de données, en hausse de 58,5% en terme de revenus et de 65,9% en terme de volume. L’Afrique du sud reste en pointe dans ce domaine, représentant 43,9% du chiffre d’affaires data. Au Nigeria l’augmentation (en devise locale) dépasse 110%. Au Cameroun et en Côte d’Ivoire, les échanges de données représentent respectivement 6,7% et 5,7% du revenu total de l’opérateur, en progression de respectivement 25 et 84% par rapport à 2011.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro