Fermer

Tchad : une centrale pour réduire les délestages

Le financement est assuré par un prêt de la banque d'import export chinoise China Exim Bank (70%). © Jounal du Tchad

Inaugurée par le chef de l'État le 4 mars dernier, la nouvelle station électrique de N'Djamena aidera à réduire les coupures d'électricité.

D’une capacité de 20 mégawatts (MW), l’électricité de la nouvelle station viendra compléter les 25,3 MW fournis quotidiennement par la société nationale d’électricité à la capitale. L’électricité, produite sur le site de la raffinerie de Djermaya, est transportée grâce à une ligne à haute tension de 40 km jusqu’aux portes de N’Djamena où la centrale a été construite. Le financement est assuré par un prêt de la banque d’import export chinoise China Exim Bank (70%) et par un apport de l’État Tchadien (30%). Un pas de plus dans la recherche de solutions pour éviter à la capitale des coupures d’électricité qui ont fini par faire partie du quotidien. Mais cette centrale ne signifie pas la fin des délestages pour N’djamena, comme l’admet lui-même le ministre tchadien des Infrastructures et des Équipements, Gata Ngoulou.

Limiter les délestages

« L’apport des 20 MW de la raffinerie de Djarmaya portera à plus de 50 MW l’énergie qui sera injectée dans le réseau urbain. Cette capacité, bien qu’encore limitée, n’a jamais été atteinte auparavant et permettra de limiter les délestages », indique-t-il. À terme, les autorités cherchent à porter à 200 MW la production d’électricité dans la capitale. Ils promettent d’ajouter à l’existant une centrale à gaz d’une capacité de 100 MW ainsi qu’une centrale solaire de 40 MW. De quoi couvrir les besoins en électricité de la capitale, estimés à près de 100 MW par les experts.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro