Fermer

Un Observatoire unique en Afrique et dans le monde arabe

Écrit par Fawzia Zouari

Créé en 2002, l’Observatoire de la jeunesse fait office de guichet unique d’information. « Le chef de l’État avait recommandé de renforcer nos moyens d’intervention afin que nous puissions être à l’écoute des jeunes, identifier leurs besoins et assurer leur suivi », explique son directeur général, Brahim Oueslati. L’Observatoire a ainsi transféré son siège dans un immeuble du centre-ville tunisois, plus moderne et plus fonctionnel, où un espace est aménagé pour accueillir les jeunes en quête de renseignements sur l’emploi, les études, la formation ou les loisirs.
Selon le rapport annuel établi en 2007, la recherche d’emploi (32 % du total des visiteurs reçus) hante bon nombre de jeunes, notamment les diplômés de l’enseignement supérieur, vient ensuite le désir de changer de filière universitaire (28 %) ou de trouver une formation appropriée (18 %).
Outre la volonté de sonder l’opinion des jeunes et de cerner leur profil, l’Observatoire lance régulièrement des travaux d’enquête sur les phénomènes sociaux qui les affectent (la délinquance, la violence…). Ses consultations périodiques et les colloques qu’il organise sur des thèmes tels que l’empowerment, la participation ou encore l’image des jeunes dans les médias, sont mis à profit dans l’élaboration des plans de développement de l’État.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici