Fermer

56 ans, chef d’état-major des Fanci

Par Jeune Afrique

Cet Ébrié originaire de Yopougon a fait carrière sous Gbagbo. En 1999, après le renversement de Bédié, cet officier cantonné au camp d’Akouédo est mis aux arrêts par les putschistes. En septembre 2002, lorsque la rébellion éclate, le lieutenant-colonel Mangou est nommé porte-parole des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (Fanci) avant de prendre le commandement des opérations contre les Forces nouvelles (FN) à Yamoussoukro. En novembre 2004, après l’échec de l’opération Dignité visant à réunifier le pays, il devient chef d’état-major des armées à la place de Mathias Doué, puis colonel, général de brigade et, enfin, général de division. Depuis juillet 2008, il a lancé une croisade contre le racket par les forces de défense sur les routes du pays.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici